Accueillir les publics handicapés dans les cinémas

Au delà des solutions techniques à mettre en place, il est nécessaire de s’organiser pour accueillir les porteurs de handicap sensoriel dans des conditions adaptées.

Difficultés liées à un handicap sensoriel

Ce tableau, tiré du Vademecum « L’accessibilité dans les cinémas » de la FNCF, met en lumière les principales difficultés rencontrées par les personnes porteuses d’un handicap sensoriel au cinéma.

Difficultés rencontrées par les personnes handicapées

Pour aller plus loin, n’hésitez pas à consulter le Vademecum de la FNCF sur « l’Accessibilité dans les Cinémas »

Vous pouvez également consulter le guide « Bien-accueillir-les-personnes-handicapees » conçu par la DMA, Délégation Ministérielle à l’Accessibilité.

Dispositifs techniques

Afin de compenser ces difficultés et ainsi faciliter l’accès des cinémas aux personnes porteuses d’un handicap sensoriel, les exploitants doivent mettre en place un certain nombre de dispositifs techniques.

Accès

Un cheminement accessible doit permettre d’accéder à l’entrée principale qui doit être facilement identifiable grâce à une signalisation adaptée. Il doit être conforme à plusieurs critères : nature des sols, pentes, contrastes d’éclairement, repères tactiles, largeur des passages, obstacles, … De plus, les parois et les portes vitrées comportent des motifs repérables pour éviter tout incident.

Orientation

Toute personne doit pouvoir se repérer grâce à une signalétique adaptée. Pour les grands halls, il est recommandé d’appliquer les dispositifs de repérage et de guidage des personnes malvoyantes. On intègrera donc sur toutes les surfaces d’information des pictogrammes adaptés ainsi que les traductions des écrits en braille.

L’éclairage est un dispositif essentiel pour l’orientation des personnes porteuses d’un handicap sensoriel. Il doit être diffus et indirect pour éviter tout éblouissement. On évite les zones d’ombres et de contrastes brutaux. La lumière doit être renforcée sur les banques d’accueil et de vente et rendre la signalisation visible.

En cas de problème, les alarmes doivent être perçues par tous. Pour cela, les cinémas peuvent s’équiper d’alarmes visuelles complétant l’alarme sonore.

Escaliers et ascenseurs

Les escaliers sont précédés par des bandes d’éveil tactiles en partie haute. Les marches ont une hauteur de 16 cm avec un giron de 28 cm. La première et la dernière contremarche sont visuellement contrastées. Les nez de marche sont antidérapants, contrastés par rapport à la marche et sans débord. Les mains courantes dépassent en haut et en bas de l’escalier.

Les ascenseurs doivent inclure certains dispositifs permettant aux personnes sourdes ou/et aveugles de se repérer : éclairage spécifique, boutons de commande en relief, en gros caractère et en braille, annonce sonore et visuelle pour les étages, les fonctions desservies et les appels d’alarme ou les pannes.

Pour aller plus loin, n’hésitez pas à consulter le guide pratique de l’Office Régional Culturel de Champagne Ardennes

L’accueil dans les cinémas

Pour une personne aveugle ou malvoyante

Le premier contact avec une personne déficiente visuelle est primordial. En effet, il faut lui faire comprendre calmement qu’on est là pour l’aider. Se présenter créera un sentiment de confiance.  Pour la guider, ne cherchez pas à la brusquer. Proposez-lui votre bras ou bien décrivez-lui en détail le trajet en évitant les termes « ici », « la bas », …

Le moment du passage à la caisse peut être délicat. Annoncez clairement la séance choisie, le montant à régler et ne cherchez pas à aider la personne déficiente avec son porte monnaie. Annoncez-lui seulement le montant qu’elle vous a donné et combien vous lui rendez (idéalement dans sa main). Lorsqu’il s’agit d’un règlement par carte bancaire, mettez le boitier devant elle et décrivez-lui à haute voix l’ordre des touches ainsi que la touche « valider ».

Pour aller plus loin, n’hésitez pas à consulter le  Guide FAF accueil en ERP

Pour une personne sourde ou malentendante

Le premier contact est là aussi primordial. Ayez toujours a proximité un carnet et un stylo afin de pouvoir communiquer par écrit avec la personne. Soyez calme, surtout évitez de crier, vous effrayeriez la personne handicapée. Montrer lui à l’aide de gestes ou d’écrits la direction à suivre. A la caisse, montrer obligatoirement le montant à régler.

Médiation

Pour accompagner les séances adaptées, des actions de médiation peuvent être organisées pour sensibiliser les spectateurs, porteurs de handicap ou non, expliquer la démarche d’adaptation, initier des actions de découverte du cinéma, des échanges autour des films programmés, proposer des supports adaptés, etc…

La médiation via la LSF

Il est possible d’accueillir sourds et malentendants dans leur propre langage, la LSF ( Langue des Signes Française), ou du moins avec des signes usuels dans un premier temps. Quoi de mieux pour comprendre et se faire comprendre lorsqu’il manque un sens à son interlocuteur ?

Retrouvez l’article Ciné Sens  à propos de l’accueil des publics via la LSF, et une courte vidéo qui présente les bases de cette langue :  http://www.cine-sens.fr/exploitants-maniere-de-se-rapprocher-de-public-decouvrez-bases-de-langue-signes/

Des applications sur mobile existent également pour permettre l’apprentissage de la LSF :

  • Elix  Androïd, iPhone (Gratuit)  : Une version mobile de son site web (www.elix-lsf.fr) qui se positionne comme le dictionnaire vivant de la langue des signes avec le plus gros catalogue en mémoire : quelques  13 000 signes et 10 000 définitions LSF.
    C’est simple : tapez un mot. Trouvez la définition écrite, la définition LSF et les signes associés.
  • L’École des signes iPhone, iPod touch, iPad (2.39 €) : Il y a 8 modules avec chacun 3 exercices (le signe manquant, la dictée et apprendre à signer) pour aller du niveau le plus simple au plus confirmé : les chiffres et l’alphabet ; se décrire ; le logement ; au restaurant ; en ville ; la météo ; le shopping ; les vacances.
  • KelSigne iPhone, iPad (Gratuit) : Cette appli participative gratuite – propulsée par Orange – permet de consulter facilement les vidéos LSF du site www.culinan.net en se servant des recherches multicritères.

Chiens d’assistance

La question des chiens guides d’aveugles ou des chiens d’assistance est simple. Leur accès est garanti dans les lieux ouverts au public par un certain nombre de lois. Ils peuvent donc accéder avec leurs maîtres aux salles de cinéma.

En premier lieu, la loi n°87-588 du 30 juillet 1987, Article 88, modifiée par la Loi n° 2005-102 du 11 février 2005, Article 54  :

L’accès aux transports, aux lieux ouverts au public, ainsi qu’à ceux permettant une activité professionnelle, formatrice ou éducative est autorisé aux chiens guides d’aveugle ou d’assistance accompagnant les personnes titulaires de la carte d’invalidité prévue à l’article L. 241-3 du code de l’action sociale et des familles. La présence du chien guide d’aveugle ou d’assistance aux côtés de la personne handicapée ne doit pas entraîner de facturation supplémentaire dans l’accès aux services et prestations auxquels celle-ci peut prétendre.

L’accès est également régi par la loi n°2005-102 du 11 février 2005, Article 53 :

Les chiens accompagnant les personnes handicapées, quel que soit le type de handicap, moteur, sensoriel ou mental, et dont les propriétaires justifient de l’éducation de l’animal sont dispensés du port de la muselière dans les transports, les lieux publics, les locaux ouverts au public ainsi que ceux permettant une activité professionnelle, formatrice ou éducative. 

→ La campagne « Partout avec mon chien » de la Fédération Française des Associations de Chiens guides d’aveugles (FFAC) lutte ainsi contre la discrimination envers les maîtres des chiens d’assistance se voyant interdire l’accès dans un lieu public :

 

Dispositifs de formation et de médiation

Le personnel des cinémas, en particulier les personnes chargées de l’accueil et de la vente, peuvent être formés pour recevoir des personnes handicapées.

Pour cela, plusieurs organismes existent dont :

  • La région Rhône Alpes par le biais de Trajectoire Tourisme organise sur deux jours une formation dispensée par des intervenants qualifiés et diplômés. Plus d’informations sur le site de la formation.
  • L’agence de communication Up and Go propose par le biais de « Franchir le cap du handicap » des formations sur l’accueil des personnes handicapées. Plus d’informations sur le site de Franchir le cap de l’handicap 

 

Ciné Sens a répertorié différents organismes d’ateliers et de formations que vous pouvez retrouver dans l’onglet : Répertoire des prestataires techniques