Le sous-titrage pour sourds et malentendants

Le sous-titrage pour sourds et malentendants consiste à retranscrire par écrit les paroles prononcées dans le film et à donner des descriptions de l’environnement sonore.

La charte de sous-titrage

Une charte a été signée en 2011 par le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) et les professionnels du sous-titrage. Elle concerne la télévision et l’édition vidéo, elle est par extension en usage pour le cinéma. La charte fixe un certain nombre d’exigences et de conventions (nombre de lignes, couleur de la police et du fond, …) qui garantissent la qualité du sous-titrage pour les personnes sourdes ou malentendantes.

Consulter la charte du sous-titrage

Le sous-titrage pour les sourds et malentendants n’est pas une traduction mais une retranscription des bruits, de l’ambiance sonore et des paroles prononcées. Il faut être le plus fidèle possible aux termes employés et au rythme du film. Le sous-titreur ne synthétisera les propos que pour coller au mieux au rythme imposé.

Souvent, les personnes sourdes ou malentendantes se plaignent du faible niveau de qualité des sous-titres : mauvais français, fautes d’orthographes, simplifications extrêmes… Il convient donc d’être le plus vigilent possible.

Afin de retranscrire au mieux tous les sons et de donner au lecteur des repères sur leurs natures, un code couleur a été instauré :

  • Blanc, lorsqu’un personnage parle à l’écran
  • Jaune, lorsqu’un personnage parle hors-champ
  • Rouge, pour les indications de bruit
  • Magenta, pour les indications musicales
  • Cyan, pour les réflexions intérieures ou les commentaires en voix off
  • Vert, pour les retranscriptions de langues étrangères

Techniques de sous-titrage

Pour sous-titrer un film, deux techniques sont couramment utilisées. Elles s’effectuent toutes deux en post-production :

  • L’incrustation : les sous-titres sont incrustés dans l’image. Cette version du fichier est forcément projetée avec les sous-titres
  • La superposition : les sous-titres sont placés par-dessus l’image. Cela nécessite la création d’un fichier à part contenant les sous-titres. A la projection, on peut choisir ou non de diffuser le sous-titrage à l’écran. En revanche, il peut parfois apparaître des problèmes de format dans le texte de sous-titrage.

Consulter le dossier sur le sous-titrage de CinéST

Les autres méthodes pour rendre les oeuvres accessibles