Rendre les films accessibles au handicap sensoriel

Rendre les films accessibles aux porteurs d’un handicap sensoriel nécessite de réaliser certaines adaptations dans le circuit de fabrication d’un film.

Les procédés d’adaptation des oeuvres cinématographiques

Trois techniques sont utilisées afin de rendre les films accessibles aux personnes souffrant d’un handicap sensoriel. Dans la chaîne de fabrication du film, ces adaptations reviennent au producteur qui peut également les déléguer au distributeur. Souvent, il ne s’agit que d’anticiper de quelques mois la création de ces fichiers adaptés. Ces derniers sont régulièrement demandés pour la diffusion télévisée ou pour l’édition vidéo.

1. Le sous-titrage

Le sous-titrage consiste à retranscrire par écrit les paroles prononcées dans le film et à donner des descriptions de l’environnement sonore.

Plus de détails sur le sous-titrage

2. L’amplification

L’amplification permet aux personnes malentendantes de pouvoir recevoir le son amplifié du film grâce à des appareils spécifiques.

Plus de détails sur l’amplification

3. L’audio-description

L’audio-description est un procédé permettant aux personnes malvoyantes ou aveugles de comprendre un film grâce à une voix off qui leur décrit les éléments visuels.

Plus de détails sur l’audio-description

Un système d’information simple et universel

Pour repérer les fichiers adaptés intégrés au disque dur du film (DCP), il est utilisé un codage particulier dans la convention de nommage des DCP.

Plus de détails sur le système d’information

Les professionnels de la filière cinéma, des relais essentiels

Dans le parcours d’un film jusqu’au spectateur, le rôle du producteur est essentiel. En effet, c’est à lui d’anticiper de quelques mois la création de fichiers adaptés pour qu’ils soient prêts pour la sortie en salle. (Ces derniers sont régulièrement demandés pour la diffusion télévisée ou pour l’édition vidéo.) Il devra ensuite transmettre aux distributeurs ces fichiers sous–titrés et audio-décrits pour qu’ils les intègrent dans les différentes versions proposées.

Le distributeur a lui aussi un rôle majeur. Il doit informer les exploitants de l’existence des différentes versions, concevoir et faciliter la mise à disposition des fichiers sur les supports des films (fichiers additionnels disponibles sur le DCP initial ou DCP spécifique par version).

Un dialogue doit s’installer avec les programmateurs de salles pour choisir les versions, les séances, les éventuelles opérations de médiation ou de promotion. Les programmateurs informent en retour les distributeurs des séances organisées pour un film pour faciliter le suivi des entrées et la remontée des bordereaux de recettes.

Enfin, un répertoire des films adaptés aux personnes porteuses d’un handicap sensoriel serait un outil d’information utile. Cette idée est actuellement en cours d’étude par le CNC. Des associations comme CineST ont déjà créé le leur pour la VSFT. Il répertorie les films disponibles et les séances accessibles aux personnes sourdes ou malentendantes. Néanmoins, il n’en existe pas encore pour les déficients visuels…

Consulter le répertoire des films adaptés de l’association CineST