Sur l'image, les participants à l'atelier prennent place dans la salle de cinéma

VIDÉO : Découverte de l’audiodescription

On vous avait parlé d’un atelier de découverte de l’audiodescription en région toulousaine. Quelques mois après, revenons sur ce moment de découverte de l’audiodescription en vidéo.
Cette journée, co-organisée par Occitanie Films et l’Acreamp, propose aux professionnel·le·s du cinéma de faire l’expérience du lien entre version audiodécrite d’un film et l’œuvre cinématographique. Ce programme fait appel à Marie Diagne, autrice de versions audiodécrites de films, spécialiste également des questions de transmission du cinéma et initiatrice de l’association « L’Œil Sonore et le Cinéma Parle ».

Une journée pour s’immerger

Nous arrivons à 8h20 au complexe Véo à Muret en compagnie d’Occitanie Films, de l’Œil sonore et le Cinéma Parle et d’une participante. Fabien nous accueille, l’ACREAMP nous rejoint. 

Marie Diagne se faufile très vite dans la salle de cinéma, nous la suivons. Le reste de l’équipe reste à l’accueil pour recevoir l’ensemble des participant·e·s. Le complexe Véo sert son café. Aujourd’hui Ciné Sens n’a pas pour mission de participer oralement aux ateliers. Nous sommes là pour retranscrire cette journée dans un format vidéo. 

Seul avec Marie Diagne dans cette salle de cinéma, nous nous faisons discret pour la laisser se préparer.  

À ce moment là, qu’est-ce que cela fait du bien de retrouver une salle de cinéma, fouler la moquette, observer les alignements symétriques des fauteuils, sentir les odeurs, voir la poussière passer devant les faisceaux du projecteur. C’était un avant-goût de la réouverture.  

Derrière son air concentré, Marie Diagne est tout aussi ravie que nous de retrouver une salle. C’est la première à courir sur le plan incliné pour rejoindre l’estrade donnant vue sur tous les fauteuils encore désertés. Un instant, un sourire. Second instant, le calme. Lorsque Marie se prépare, elle devient quelque peu inaccessible. Entre méditation et réflexion, elle se laisse porter par un silence et se concentre sur son atelier.
Test image. Test son.
Fabien fait des aller-retours entre la salle et l’accueil pour prêter main forte à tou·te·s celles et ceux qui le désirent. Progressivement, les participant·e·s entrent en salle et s’installent. La journée commence.

Un premier temps permet aux participants de découvrir, par une expérience de spectateur attentif, la richesse de la version audio-décrite d’un film.
Nous avons retranscris ce premier atelier de découverte de l’audiodescription en vidéo

Une journée pour : faire l’expérience du lien entre transmission du cinéma et version audiodécrite d’un film

Cette vidéo est la première d’une série où nous prendrons une journée pour explorer un sujet en lien avec le cinéma et l’accueil des publics déficients sensoriels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.