« Les yeux bandés » – Projection d’un film documentaire, en version audiodécrite !

Pour découvrir « Les yeux bandés », rendez-vous vendredi 12 mars à 17h lors d’une projection exceptionnelle en ligne. Le film sera diffusé en version audiodécrite et avec un son binaural permettant de recréer un espace sonore en trois dimensions.

Le film relate une tranche de vie d’un club de foot et de ses joueurs. Jusque-là, rien de bien original, si ce n’est que ces footballeurs sont non-voyants. Ils sont six, avec chacun un niveau de cécité différent, mais à égalité sous le bandeau qui les plonge dans le noir absolu. Ils ont en commun une passion pour le football qui les amènera, pour certains d’entre eux, en finale des JO Paralympiques de Londres en 2012.

Cette séance en ligne se déroulera en présence du réalisateur, Gérard Mailleau, et de l’auteure de l’audiodescription, Marie-Christine Fourneaux.

Grâce à ce film, le réalisateur plonge le spectateur en immersion, tant sonore que visuelle, dans la vie de ce club de cécifoot.

Cette rencontre est organisée dans le cadre de la Cinémathèque du documentaire – Docs à la loupe. En partenariat avec l’antenne régionale de la Fédération des Aveugles et Amblyopes de France et le Master production de l’Université de Montpellier. Grâce au soutien de la Région Occitanie et de la DRAC (Ministère de la Culture).

Pour plus d’information sur la séance : http://www.languedoc-roussillon-cinema.fr/content/les-yeux-bandés-de-gérard-mailleau

Pour vous inscrire à la projection – rencontre : http://www.languedoc-roussillon-cinema.fr/content/projection-en-ligne-les-yeux-bandés-de-gérard-mailleau

Et n’hésitez pas à partager vos avis sur cet évènement. Revenez sur cet article pour nous laisser un commentaire ci-dessous!

Opérateur de prises de vues

Ciné Sens sensibilise les professionnel·le·s de demain !

Cher·ère·s enseignant·e·s, contactez Ciné Sens ! Les écoles, formations et universités en cinéma peuvent solliciter notre association pour que nous intervenions au sein de vos cours pour accompagner et sensibiliser les futur·e·s professionnel·le·s qui sont dans vos établissements.

Cela fait plus d’un an que notre association sensibilise les jeunes professionnel·le·s sur les sujets d’accessibilité pour les personnes en situation de handicap. Nous agissons exclusivement autour des déficiences sensorielles, c’est-à-dire les personnes aveugles, malvoyantes, sourdes et malentendantes. Dans cette logique, nous proposons des interventions auprès des jeunes pour leur permettre de comprendre les enjeux et les orienter dans une dynamique inclusive.

Les pratiques se multiplient et les questions à soulever s’en suivent pour les différents publics. Le Cinéma doit mettre en place des solutions de compensations pour les personnes porteuses d’une déficience sensorielle. Ainsi, notre intervention vise à organiser une discussion autour des équipements, de l’accessibilité des films ou encore des salles. Elle cherche à déclencher une dynamique inclusive chez les personnes en formation pour qu’elles aient les clés en main. De ce fait, elles pourront intégrer au mieux l’accessibilité dans leurs prochains projets.

Notre présentation est modulable en fonction du public. Nous pouvons nous organiser pour qu’elle tienne dans un créneau horaire de vos emplois du temps avec une durée de 45 minutes à 2 heures. Elle peut avoir lieu sur place ou en ligne, pour tenir compte des contraintes sanitaires actuelles.

Pensez à nous contacter

Prochainement Ciné Sens interviendra au sein de cursus cinéma dans les universités Jean-Moulin Lyon 3, Aix-Marseille, Paul-Valéry Montpellier 3.

Alors, si vous êtes intéressé·e·s par une intervention dans votre formation, n’hésitez pas à nous contacter par mail. En attendant, vous pouvez regarder notre module e-learning pour un premier aperçu des thématiques abordées.

Au plaisir de vous rencontrer et de répondre à vos questions.

Image par StockSnap de Pixabay.

Formation avec Marie diagne

Atelier pratique de découverte de l’audiodescription à Toulouse

L’Oeil sonore & le Cinéma parle, l’Acreamp et Ciné Sens s’associent à Occitanie Films pour proposer un atelier de découverte autour de l’audiodescription à Toulouse.

Ce mardi 16 mars, venez participer à un atelier pratique de découverte de l’audiodescription dans un cinéma de Toulouse. Une journée ouverte à tous types de professionnels actifs dans l’éducation à l’image (exploitation, réalisation, médiation, enseignement…) uniquement sur inscription par mail. La journée aura lieu dans un cinéma ! Rien que pour le plaisir de retrouver nos salles, on a déjà bien envie de s’y rendre !

Au programme

De 9h à 13h, un atelier animé par Marie Diagne, réalisatrice de version audiodécrite, ouvrira les portes sur l’audiodescription.
La matinée commencera par une sensibilisation marquée en deux temps : le premier, un jeu d’écoute, le second, une mise en pratique. À travers ces expériences, vous aurez l’opportunité de vous essayer à l’écriture d’une version audiodécrite en petit groupe et d’explorer le lien entre transmission du cinéma et version audiodécrite d’un film. C’est l’occasion aussi de comprendre la place des mots, des phrases et des silences à laquelle l’attention est primordiale pour une écriture respectueuse de l’œuvre et des spectateur·trice·s qui en profiteront.

De 13h30 à 16h30, une réflexion, à partir de l’atelier du matin, sur les potentialités pédagogiques des ateliers audiodescription en terme d’éducation au cinéma. Et des regards croisés sur les enjeux de l’écriture d’audiodescription.
Après-midi animée par Marie Diagne & Marie-Christine Fourneaux

Sur réservation

Pensez à réserver vos places par mail avant le 15 mars et trouvez plus d’informations sur Occitanie Films !

Cette journée sera prolongée par une rencontre professionnelle consacrée à l’audiodescription au mois de novembre 2021 à Toulouse, dans le cadre d’un partenariat avec l’Unadev, Le cinéma parle, Ciné Sens et Occitanie Films.

Pour plus d’informations sur l’audiodescription, lisez notre article sur le Guide du CSA.

Ciné Sens développe sa plateforme de communication !

Échanges entre professionnel·le·s sur l’accessibilité au cinéma

Appel à contribution pour la préfiguration d’une plateforme d’échanges

Ciné Sens reçoit régulièrement des demandes de personnes travaillant dans la filière cinéma qui se questionnent sur l’accessibilité sensorielle des films et des salles, ou l’accueil de personnes en situation de handicap. Ciné Sens observe aussi, au fil de ses interventions ou partenariats, des pratiques intéressantes sur le terrain, une expérience qui se construit et qui gagnerait à être partagée. Aussi, nous travaillons sur la création d’une plateforme d’échanges où les professionnel·le·s pourront s’exprimer entre elles et eux sur des sujets d’accessibilité sensorielle et être conseillé·e·s par leurs pairs.

Avant de la lancer, Ciné Sens aimerait récolter l’avis des destinataires potentiels. Ainsi, nous lançons un appel à contribution pour définir au mieux cette plateforme. Vous pouvez nous envoyer un mail pour recevoir le questionnaire.

La plateforme d’échange pour le cinéma

En développant cette plateforme, nous souhaitons mettre votre expérience au cœur des échanges. Partir de vos anecdotes ou problématiques rencontrées sur vos temps de travail pour en comprendre certaines généralités et vous accompagner à y répondre en faisant appel aux expériences d’autres participants. Chaque professionnel·le s’est déjà trouvé·e face à une question inédite. Cette plateforme d’échanges pourrait contribuer à faire circuler les solutions, les témoignages, les questionnements autour de l’accessibilité aux déficiences sensorielles.

Les pratiques et les équipements pour rendre les films et les cinémas accessibles ne sont pas toujours optimaux. L’accessibilité a besoin encore de recherche et de développement pour répondre aux enjeux d’une société inclusive. Et l’expérience se développe d’un bout à l’autre de la filière, au fil des évolutions de sa mise en accessibilité. Ciné Sens se veut aussi une plaque tournante de ces informations et cherche à les redistribuer auprès de tous. Ainsi ce projet de plateforme permettrait de construire une ressource de solutions éprouvées pour répondre aux enjeux d’accessibilité du cinéma.

Répondez à notre questionnaire

Dans cette phase de préfiguration, nous avons préparé un questionnaire à destination des professionnel·le·s de la filière cinéma. Si vous souhaitez y répondre (5 minutes environ), envoyez-nous un mail. Vos réponses nous sont essentielles pour que cette plateforme réponde au mieux à vos attentes et qu’elle soit la plus adaptée à votre organisation professionnelle ainsi qu’à vos pratiques.

Écrivez-nous sur notre mail et nous vous enverrons le questionnaire !

Image à partir des images de PixLoger et Lu Lettering de Pixabay

Adieu les cons, Adolescentes, Antoinette dans les Cévennes, Les choses qu'on dit, les choses qu'on fait, Été 85

Cérémonie du prix Marius 2021

Le prix Marius, qui est l’équivalent d’un César pour l’audiodescription, distingue une équipe réalisatrice de version audiodécrite. Nous parlons d’équipe car ce travail découle d’une collaboration entre les personnes en charge de l’écriture, la relecture, le jeu et l’ingénierie du son. Les votes débutent ce lundi 15 février et prennent fin le 7 mars 2021. La date de cérémonie a été fixée… Nous découvrirons quelle version audiodécrite repartira avec la statuette le lundi 15 mars au soir !

César et Marius face à une période particulière

Véronique Cayla et Eric Toledano, fraichement arrivé·e·s à la co-présidence de l’Académie des César, font face à la situation sanitaire actuelle qui justifie quelques ajustements dans le processus d’attribution des César. Ainsi, ce mercredi 10 février 2021, cinq films ont été nominés au César du Meilleur Film, un peu moins que les années précédentes. C’est sur cette base que sera attribué le Marius de l’Audiodescription.

Conjointement et contrairement aux années précédentes, la cérémonie du Marius se suivra depuis la maison cette année. Habituellement au Centre National du Cinéma (CNC), le Marius sera sur les réseaux sociaux en 2021 ! Toute leur équipe vous attend le lundi 15 mars à partir de 21h pour célébrer l’audiodescription.

Marius de la meilleure audiodescription

Le Marius dévoilera, ce 15 mars, la meilleure version audiodécrite parmi les cinq films en compétition pour le César du Meilleur Film. L’occasion de mettre en avant et de médiatiser la pratique de l’audiodescription ainsi que les professionnel·le·s qui y ont contribué.

Le jury est libre d’évaluer l’audiodescription selon son ressenti. Il peut également s’appuyer sur une grille d’évaluation élaborée par l’équipe du Marius qui s’appuie elle-même sur le guide de l’audiodescription.

Le Marius accueille un jury de plus en plus important. Pour cette édition 2021, c’est 147 personnes qui sont attendues pour juger la qualité des audiodescriptions de ces 5 films. Parmi elles et eux, 90% sont des personnes porteuses d’une déficience visuelle.

L’an dernier, l’autrice Raphaëlle Valenti et son équipe de travail recevaient le prix Marius pour leur travail sur « J’accuse » de Roman Polanski.

Basé sur les nominations au César du Meilleur Film

Cette année, le jury sélectionnera la meilleure version audiodécrite parmi ces cinq films :

  • « ADIEU LES CONS » produit par Catherine Bozorgan, réalisé par Albert Dupontel ;
  • « ADOLESCENTES » produit par Muriel Meynard, réalisé par Sébastien Lifshitz ;
  • « ANTOINETTE DANS LES CÉVENNES » produit par Laetitia Galitzine, Aurélie Trouvé-Rouvière, réalisé par Caroline Vignal ;
  • « LES CHOSES QU’ON DIT, LES CHOSES QU’ON FAIT » produit par Frédéric Niedermayer, réalisé par Emmanuel Mouret ;
  • « ÉTÉ 85 » produit par Éric Altmayer, Nicolas Altmayer, réalisé par François Ozon.

Découvrez la liste officielle des films nominés, toutes catégories, aux Césars 2021.

Abonnez-vous à la chaîne Youtube du Marius pour ne rien manquer.

Retournez à l’accueil.

Fauteuil salle cinéma

Bilan : films adaptés de l’année 2020

2020, quelle étrange année !
Démarrée dans une bonne dynamique, sous l’impulsion de la nouvelle réglementation du CNC pour les versions adaptées aux personnes déficientes sensorielles, elle a pris mi-mars, pour tous, un tournant inattendu… Ceci explique un bilan numériquement très inférieur aux années précédentes, en ligne avec la baisse du nombre de films sortis au cinéma pendant les 28 semaines où les salles étaient ouvertes.
Ciné Sens propose ici un bilan de l’année 2020 en terme de films adaptés aux personnes porteuses d’une déficience sensorielle pour le cinéma.

On recense 122 films adaptés sur l’année 2020, pour 275 en 2019 !
Pour rappel, en 2018 nous avions relevé 272 films. Depuis que Ciné Sens recense les films adaptés, leur nombre augmente d’année en année. En 2020, on constate une baisse explicable par la crise sanitaire que nous traversons et les chamboulements provoqués à la fois dans la vie des salles et dans le calendrier de sortie des films proposés en salle.

Télécharger le PDF récapitulatif de la totalité des films adaptés en 2020.

Deux personnes déficientes visuelles parlent de l'audiodescription

Émission à (re)découvrir « L’audiodescription : l’art d’écouter les images »

Anne Thillet propose une émission détaillée sur l’audiodescription dans un épisode de la série documentaire « À vous de voir », disponible sur France 5.

Si vous souhaitez découvrir ou en apprendre plus sur l’audiodescription, nous vous invitons à prendre 25 minutes de votre journée pour ce nouvel épisode de la série « À vous de voir ». Le documentaire donne la parole à plusieurs acteurs et actrices de l’audiodescription et offre de riches informations.

Patrick Saonit, ex-chef de projet Audiovision à l’Association Valentin Haüy, ouvre le documentaire en racontant l’Histoire de l’audiodescription : de sa naissance aux États-Unis et l’implication de la famille Coppola, jusqu’à son arrivée en France et sa place aujourd’hui. Une fois ce contexte général posé, l’émission s’aventure vers différent·es protagonistes qui gravitent autour de l’audiodescription.

Ce qui fait de ce documentaire une véritable source d’informations est sa distribution de la parole. En effet, au cours des 25 minutes, nous suivons les mots d’auteur·trices (Gérard Chevalier-Appert, Dune Cherville, Laure Morisset), de relecteur·trices (Marie-Pierre Warnault) et de spectateur·trices non-voyant·es. Ces riches échanges sont articulés par le documentaire dans le sens de la production d’une version audiodécrite. Ainsi, l’émission commence par montrer les enjeux de l’écriture. Elle appuie l’importance de la relecture avec un collaborateur non-voyant et nous ouvre les portes d’un atelier d’écriture d’une audiodescription emmené par Dunes Cherville lors du festival Premiers Plans d’Angers. Elle nous dévoile aussi les retours critiques des spectateur·trices déficient·es visuel·les impliqués dans le prix de la Fondation Visio de ce festival. Enfin, on écoute le point de vue du réalisateur, Jérémy Trouilh, sur la version audiodécrite de son film : Gagarine.

Cette émission sur l’audiodescription est disponible jusqu’au 2 novembre 2021 sur france.tv. N’hésitez pas à aller la voir et la montrer autour de vous.

Pour plus d’informations sur l’audiodescription, vous pouvez aussi lire notre article sur le Guide de l’audiodescription (CSA).

L'audiodescription et les plateformes de streaming

VOD : Repérage des films en audiodescription sur les plateformes

Alors que les salles de cinéma sont actuellement fermées, nous nous sommes interrogé•es sur les pratiques des plateformes VOD en matière d’audiodescription.

Nous avons donc repéré les films proposés en audiodescription sur quelques plateformes et avons créé, à partir de là, des listes sur le site collaboratif Sens Critique, qui permettent de les regrouper par plateforme.

Le travail est en cours.
Voici nos premiers repérages :

Arte.tv : https://www.senscritique.com/liste/Audiodescription_sur_Arte_tv_liste_des_films_disponibles/2934450

Netflix : https://www.senscritique.com/liste/Audiodescription_sur_Netflix_liste_des_films_disponibles/2934296

Disney+ : https://www.senscritique.com/liste/Audiodescription_sur_Disney_liste_des_films_disponibles/2934462

A partir de ces listes, nous proposons de recueillir les commentaires de spectateurs et spectatrices sur les versions audiodécrites qui sont proposées. N’hésitez pas à donner votre avis ou à compléter les informations disponibles.

Repérages à venir : OCS, Prime, MyCanal, Mubi, UniversCiné, Salto, LaCinetek, FilmoTV, Tënk, Outbuster…

Trophée du Marius de l'audiodescription (AD)

Marius de l’audiodescription 2021 : Participez au Jury !

Le marius de l'audiodescription est un prix décerné à un auteur ou une autrice d'audiodescription pour récompenser son travail sur un film nominé au César du meilleur film. Le Marius de l'audiodescription est une cérénomie annuelle soutenue le CNC.

Comme chaque année, le Marius de l’audiodescription est de retour pour 2021 ! Un rendez-vous apprécié par le public, les professionnel•les et la presse depuis 2018, récompensant la meilleure version audiodécrite d’un film en lice au César du meilleur film.

Né sous l’impulsion de la Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes (CFPSAA), le Marius de l’audiodescription est l’évènement, soutenue par le CNC, qui honore un auteur ou une autrice d’audiodescription et son équipe pour la qualité de leur travail.

On les aime au cinéma alors ne nous privons pas d’une légère rétrospective ! L’aventure commence en 2018. La version audiodécrite écrite par Morgan Renault reçoit la première distinction pour « Petit paysan ». Succédée par Dune Cherville et son équipe, pour leur version de « Pupille » en 2019. En 2020, c’est à la version audiodécrite écrite par Raphaëlle Valenti, voix connue de la télévision française, à qui l’on décerne le prix pour la version audiodécrite du film « J’accuse ».

Quel audiodescritpion recevra le prix en 2021 ? C’est potentiellement à vous d’en décider ! Comme les trois précédentes éditions, vous pouvez candidater pour intégrer le jury des Marius de l’audiodescription 2021. Mettez votre expérience cinématographique au profit de la valorisation d’une audiodescription de qualité !

N’hésitez pas, envoyez votre candidature à marius-audiodescription@orange.fr avant le dimanche 17 janvier 2020. Un questionnaire de présentation vous sera ensuite transmis pour valider votre candidature. Vous saurez dans les jours qui suivent si vous faites partie de la grande équipe. L’organisation privilégient les personnes porteuses d’une déficience visuelle mais nous incitons aussi les professionnel.les du cinéma, qui le souhaitent, à tenter l’expérience.

L’équipe organisatrice du Marius de l’audiodescription aura plaisir de vous compter parmi ses juré•es !

On espère vous y retrouver nombreux.

Pour de plus amples informations, vous pouvez suivre le Marius de l’audiodescription sur Facebook et lire notre article qui résume le Guide de l’audiodescription (CSA).

Retournez vers les actualités du cinéma

L'image représente le logo de l'audiodescription. La lettre A est suivie de la lettre D et de trois ondes sonores. Le texte est de couleur blanche sur un fond bleu.

Audiodescription : Découvrez le guide du CSA

Dans cet article intitulé comprendre la VAD en 2021, vous trouverez des informations tirées du Guide de l'Audiodescription, instauré par le CSA. Les informations de cet article mettront en évidence des ressources sur la qualité, l'immersion, la description, l'écriture, les voix, le son, l'évaluation, la formation, le matériel, la rémunération et les droits d'auteurs. L'image représente le logo de l'audiodescription, c'est l'image qui représente l'audiodesription.

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) a récemment publié le Guide de l’audiodescription. Il vient réviser la Charte de 2008 relative à l’audiodescription. Cet article, signé Ciné Sens, synthétise les différents enjeux, principes et bonnes pratiques relevés par ce nouveau guide pour accompagner le secteur audiovisuel, les auteurs et autrices d’audiodescription et tout autre personne faisant appel ou contribuant à l’audiodescription. Construit en concertation avec des auteurs et autrices d’audiodescription, la Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes (CFPSAA) ainsi que des personnes aveugles ou déficientes visuelles, il fait le point tant sur l’écriture que la rémunération des professionnel•les en dix-huit pages.

Audiodescription : un besoin de qualité

Le CSA rappelle que près de deux millions de personnes sont déficientes visuelles, faisant de l’audiodescription, une solution pour ouvrir le cinéma à environ 3% de la population.

Cependant, malgré le développement actuel et visible de l’audiodescription, le CSA constate « une baisse de la qualité des versions audiodécrites depuis plusieurs années ». Cette notion de qualité doit être comprise comme un indicateur indispensable de l’audiodescription : cet outil fait partie intégrante du film, sans lui, le spectateur ou la spectatrice déficiente visuelle ne peut profiter pleinement de l’œuvre. De la même manière, si l’audiodescription est présente en mauvaise qualité, celle-ci dénature l’œuvre cinématographique. Alors, comment faire une bonne version audiodécrite (VAD) sans sortir la personne du film et comment l’évaluer ?

Répondre aux attentes des personnes déficientes visuelles

La VAD est un travail d’écriture et de description précis. Elle est une ou plusieurs voix indiquant « les changements de situation, […] les expressions des personnages, le style de vêtements, les paysages, elle décrit également les sentiments ou émotions sur le visage des personnages […] ». Cette analyse ne doit néanmoins pas se limiter à une description méthodique de tous les éléments qui structurent le film. Elle doit prêter une attention particulière à l’œuvre cinématographique, au sens où celle-ci porte une émotion, une ambiance et une atmosphère.

Le travail d’écriture est une compréhension de l’œuvre. De cette manière, la voix de la narratrice ou du narrateur doit savoir aussi s’effacer au profit de l’univers sonore du film. Elle doit trouver le juste équilibre entre présence et discrétion. Ne pas prendre compte de ces éléments crée un obstacle à l’immersion dans l’œuvre. Prendre en compte ces éléments, c’est proposer une expérience cinématographique transposant l’authenticité et la réalité du film.

« Ça fonctionne ! » : La VAD au service de l’immersion

 « Elle devient l’original du public en situation de handicap visuel et doit répondre à une exigence légitime de qualité »

Le Guide indique qu’on ne peut pas prédéfinir une liste exhaustive d’éléments qui pourraient être décrits dans chaque œuvre. Chaque film est unique. Aussi, un auteur ou une autrice d’audiodescription ne peut proposer une version objective de l’œuvre. Une œuvre audiodécrite aura toujours une part de subjectivité, néanmoins « soumise à l’exigence de fidélité à l’œuvre de départ ».

L’auteur ou l’autrice doit faire abstraction de ses jugements personnels vis-à-vis du film. L’interprétation visuel doit s’approcher d’une neutralité la plus rigoureuse et la plus fidèle à l’œuvre cinématographique car la surinterprétation de l’œuvre fausse l’identité de la réalisation. Pour une bonne VAD, l’auteur ou l’autrice doit trouver une harmonie entre une description de l’image « vue » et la sémantique de la scène : doit faire attention à ne pas atténuer les effets narratifs comme le suspense ou le silence. Cependant, le Guide ne nie pas les difficultés. Il indique que ces mesures s’appliquent « où cela est possible » dans le métrage.

L’écriture de la version audiodécrite

« L’auteur est maître de ses choix d’écriture et peut utiliser toute la richesse de la langue française pour servir les objectifs de la VAD »

Le Guide comprend la VAD comme l’œuvre d’un auteur ou d’une autrice, il n’y donc pas de consignes strictes d’écriture. Il importe, malgré tout, de garder une attention particulière à l’orthographe ainsi qu’à l’utilisation d’un « français correct ». Néanmoins, quelques règles encadrent l’écriture de l’audiodescription. Premièrement, elle doit être raccord avec l’œuvre, c’est-à-dire que le style d’écriture et le rythme doivent s’articuler en fonction du film pour lequel ils sont destinés. L’auteur ou l’autrice porte ainsi une attention particulière au genre cinématographique.

Deuxièmement, le texte doit être « fluide et agréable à écouter » et prendre en considération le temps. Il s’agit là d’une dimension indispensable de la VAD, l’expérience cinématographique se passe au présent, elle se déroule « ici et maintenant ». Le présent se conjugue aux différents niveaux de réalité. Il existe trois niveaux à distinguer pour décrire l’image : la réalité de la fabrication, la réalité de l’univers fictif et la réalité extérieure à l’univers narratif. Ce choix de réalités appartient à l’auteur ou l’autrice en fonction de ce qu’il ou elle veut transmettre par sa VAD. Si ces notions autours des réalités vous intéressent, nous vous invitons page 6 et 7 du Guide.

Voix unique ou voix multiples dans la VAD ?

Pour développer la VAD, deux idées majeures encadrent l’audiodescription. La première se veut une voix unique. La seconde en mêle plusieurs. Dans tous les cas, le choix revient à l’auteur ou l’autrice de l’audiodescription, selon le sens qu’il ou elle veut transmettre dans l’œuvre. Lorsqu’il y a des voix multiples, plusieurs possibilités s’ouvrent à l’auteur ou l’autrice. Il peut s’agir d’une voix particulière pour distinguer le film, de son générique de début et de fin ou pour favoriser la compréhension d’une scène (une histoire parallèle, un flashback). Une seconde voix peut être appréciable pour mettre en valeur les précisions écrites, comme le chapitrage explicitement indiqué à l’écran dans certain film – Chapitre 1 : Monsieur Gustave -, ou une indication géographique et temporelle – Paris, cinq ans plus tard -. Le Guide préconise d’utiliser une voix féminine et une masculine pour faire varier ces précédents exemples.

Audiodescription, un besoin d’évaluation

Une audiodescription est soumise à un contrôle de qualité par un comité d’experts indépendants. Celui-ci a un pouvoir de validation et d’invalidation d’une œuvre qu’il estime en fonction de l’accessibilité et des critères définis par l’outil d’évaluation disponible sur le Guide du CSA. La rédaction du Guide incite toutes personnes à se référer à cet outil d’évaluation ainsi qu’à faire appel à des évaluateurs compétents pour réaliser ce travail. Des outils à télécharger ci-dessous :

Être formé•e à l’audiodescription, un passage indispensable

Le Guide met en garde quant à la personne employée à réaliser l’audiodescription de votre film. La culture cinématographique et la bonne maîtrise de langue sont indispensables. Cependant, une formation reconnue à l’audiodescription est un levier inévitable pour toutes personnes souhaitant devenir auteurs, autrices. Au de-là de cette formation, la personne amène de l’audiodescription prête une attention particulière aux intentions filmiques de la réalisation mais doit aussi être sensibilisé à la déficience visuelle. C’est dans ce cadre-là notamment qu’une formation est indispensable. Enfin, la collaboration ou la consultation d’une personne déficiente visuelle est obligatoire avant de valider une VAD. Le Guide indique que cette personne doit suivre une formation pour mener à bien son travail d’évaluation.

Matériel et temps nécessaire pour une audiodescription

Il faut fournir, aux personnes en charge de la VAD, le matériel sur lequel travailler (image, son) et celui sur lequel s’imprégner du film et en comprendre ses particularités (scénario, dossier de presse etc.). Chaque projet étant singulier, il est difficile d’établir une temporalité stricte. Le Guide donne tout de même une estimation en prenant pour exemple un film en VF des années 1990 « d’une difficulté moyenne » : « un délai idéal d’un mois est recommandé entre la réception des éléments par l’auteur et la livraison de la VAD ». Chacune des phases de l’écriture, de la relecture et du mixage sont décrites précisément sur le Guide en page 14, n’hésitez pas à le consulter.

Rémunération et droits d’auteurs

« L’auteur de la VAD a le statut d’auteur et peut donc être rémunéré en droits d’auteur »

L’auteur ou l’autrice peut être rémunéré•e en droits d’auteur. Leur droits sont encadrés par les sociétés de gestion collective comme la SACEM. La rémunération minimum recommandée de leur travail s’élève à 25€ bruts pour une minute de l’œuvre cinématographique. En ce qui concerne la collaboration avec une personne déficiente visuelle qui effectue une relecture et une vérification, celle-ci perçoit un « tarif forfaitaire préconisé […] entre 200 et 250€ bruts ». Pour plus d’informations sur la rémunération, vous pouvez lire les pages 15 et 16 du Guide. Ces pages vous indiqueront également les modalités de citation au générique et les délais de paiements.

__________________________

En attendant la réouverture de nos salles de cinéma, nous vous invitons vivement à prendre connaissance du Guide de l’Audiodescription. Celui-ci est plus complet que notre article et vous aidera à mieux comprendre les enjeux de la VAD. Rappelons aussi que l’accessibilité des films n’a peu de poids sans des salles de cinéma qui suivent cette dynamique. Encourageons les à faire un pas en avant pour que l’année 2021 puisse être celle d’un cinéma pour toutes et tous !