Romain Duris interprète Gustave Eiffel, En équilibre sur les poutres métalliques de la Tour Eiffel en construction

FILMS AVEC AD ET ST-SME POUR OCTOBRE 2021

Pour le mois de octobre 2021, voici les films avec AD et ST-SME que Ciné Sens a repérés. Ces versions permettent de garantir un accès plus grand cinéma pour toutes et tous.
* La mention AD signale un film disponible en Audio-Description permettant aux personnes aveugles et malvoyantes de suivre le film grâce à ce commentaire audio complétant la bande son du film pour décrire les images. L’AD est disponible sur la Version Française uniquement (sauf mention contraire).
* La mention ST-SME signale une version Sous-Titrée pour personnes Sourdes et Mal-Entendantes. La plupart du temps, ces versions sont disponibles sur les versions françaises, mais il existe aussi des versions originales sur lesquelles le sous-titre diffusé est le ST-SME. La mention VFST, utilisée précédemment, ne nous semblait plus adéquate.

Si vous avez connaissance d’autres sorties de films avec les versions AD/ST-SME, n’hésitez pas à nous le signaler. Par ailleurs, nous recensons les cinémas proposant des séances adaptées au handicap sensoriel dans toute la France. Donc, pour toutes ces informations, contactez-nous sur .

6 octobre

  • CIGARE AU MIEL de Karim Aïnouz : AD et ST-SME, Paname Distribution
  • HÔTEL TRANSYLVANIE : CHANGEMENTS MONSTRES de Derek Drymon : AD et ST-SME, Sony
  • MON LEGIONNAIRE de Rachel Lang : AD et ST-SME, Saje Distribution
  • MOURIR PEUT ATTENDRE de Cary Joji Fukunaga : AD et ST-SME, Universal
  • TRALALA de Arnaud et Jean-Marie Larrieu : AD et ST-SME, Pyramide

13 octobre

  • EIFFEL de Martin Bourboulon : AD et ST-SME, Pathé
  • L’HOMME DE LA CAVE de Philippe Le Guay : AD et ST-SME, Ad Vitam
  • >>>>> REPERAGES EN COURS

20 octobre

  • ILLUSIONS PERDUES de Xavier Giannoli : AD et ST-SME, Gaumont
  • HALLOWEEN KILLS de David Gordon Green : AD et ST-SME, Universal
  • RON DEBLOQUE de Sarah Smith : AD et ST-SME, Disney
  • TOUT NOUS SOURIT de Mélissa Drigeard : AD et ST-SME, UGC Distribution
  • >>>>> REPERAGES EN COURS

27 octobre

  • BARBAQUE de Fabrice Eboué : AD et ST-SME, Apollo films
  • LA FRACTURE de Catherine Corsini : AD et ST-SME, Le Pacte
  • THE FRENCH DISPATHC de Wes Anderson : AD et ST-SME, Disney
  • LAST NIGHT IN SOHO de Edgar Wright : AD et ST-SME, Universal
  • >>>>> REPERAGES EN COURS

Photo issue du film « Eiffel » de Martin Bourboulon

Festival Play It Again !

Du 15 au 28 septembre, les plus beaux classiques de l’année en version restaurée.

Du 15 au 28 septembre, le Festival Play It Again ! proposera aux spectateurs de près de 300 salles en France de voir ou revoir sur grand écran une sélection des plus beaux classiques de l’année en version restaurée, une rétrospective et de nombreuses séances événementielles.

Parmi les nombreux films programmés, Ciné-Sens, partenaire du festival, souhaite attirer votre attention sur une sélection de 6 films adaptés aux publics porteurs d’une déficience sensorielle.

Les films concernés disposent d’une version d’Audiodescription (AD) et/ou d’une version française Sous-Titrée pour Sourds et Malentendants (ST-SME) :

Sélection « Ô mon classique ! » 

  • L’AVVENTURA, de Michelangelo Antonioni (1960, 2h24, AD sur VF uniquement + ST-SME)

Focus « A l’aventure ! » 

  • LA CHEVRE de Francis Veber (1981, 1h30, ST-SME)
  • LE CIEL EST A VOUS de Jean Grémillon (1944, 1h48, AD + ST-SME)
  • L’HOMME DE RIO de Philippe de Broca (1963, 1h52, AD + ST-SME)
  • PREMIER DE CORDEE de Louis Daquin (1943, 1h36, AD + ST-SME)

« Avant-Premières ! »

  • FANFAN LA TULIPE de Christian-Jaque (1951, 1h40, AD + ST-SME)

La présence de ces versions adaptées est une véritable opportunité de programmation inclusive et accessible pour tous.

Cette période de festival est donc une bonne occasion d’expérimenter ce type de séances en tant que spectateur mais aussi en tant que programmateur cinéma, afin de toucher et satisfaire un nouveau public en quête de cinémas et de films accessibles !

Nous vous encourageons vivement à les programmer et à mettre en avant la diffusion de ces versions adaptées dans vos outils de communication.

Par ailleurs, pour accompagner ces œuvres, des séances présentées par de nombreux-nombreuses intervenants-intervenantes seront organisées sur tous les territoires avec des animations variées : conférences, ateliers jeune public, ciné-concerts… sans oublier des séances en plein-air en partenariat avec les Journées Européennes du Patrimoine-Matrimoine !

Rendez-vous sur cette page pour télécharger le programme complet.

Le Festival Play It Again ! est organisé par l’ADRC (Agence pour le Développement Régional du Cinéma), avec le soutien du CNC.

idées et rouages

Engager un·e référent·e handicap dans son cinéma

Qu’est-ce qu’un·e référent·e handicap ? Quel est ou serait le rôle d’un·e référent·e handicap dans un cinéma ? Pour qui ? Pour quoi ? Volonté ou obligation, comment les cinémas peuvent-ils construire une connaissance pérenne et partagée des questions d’accessibilité, embaucher des personnes en situation de handicap ou mieux accueillir les spectateurs et spectatrices ?
On répond à ces questions (et à d’autres) dans cet article ! N’hésitez pas à nous poser vos questions également, qui nous permettront de l’enrichir. Si vous avez des expériences ou des projets de référent.e handicap pour votre cinéma, vous pouvez toujours commencer par nous contacter ! A bientôt !

Nous actualiserons cet article avec vos nouvelles questions et nos nouvelles réponses : .

C’est quoi un·e référent·e handicap ?

Il s’agit d’une personne intégrée ou intervenant dans l’équipe, même s’il n’existe pas de référent·e handicap type. Selon les structures, ce poste peut se trouver à différents niveaux dans l’organigramme et peut porter plusieurs noms : référent·e handicap, coordinateur·trice handicap, chargé·e de maintien dans l’emploi, correspondant·e handicap…
Selon les besoins de la structure et le contexte, les missions varient.
Cependant, pour les cinémas, on peut déjà tracer les fonctions principales qu’un·e référent·e handicap peut effectuer.

Une veille continue

Les lois autour du handicap évoluent. Souvent, des décrets viennent s’ajouter à la législation, si bien que les lois sont parfois difficiles à suivre. De la même manière, le secteur est innovant, il demande une attention et une veille accrue pour agir au mieux dans l’air de son temps.
Déjà, dans ce court paragraphe, nous avons relevé une facette importante du métier. Un·e référent·e handicap veille sur l’actualité. Pour un cinéma, c’est une aubaine. En effet, les salles se doivent de répondre à leurs obligations légales dans l’accueil de tous les publics. Cependant, lorsque personne n’est qualifié pour suivre les évolutions législatives, le cinéma risque de perdre du temps ou de rester en incompréhension avec les mesures à prendre ; sans s’arrêter au cadre bâti, cela touche aussi au personnel, à la mobilité ou encore aux équipements et services proposés.

D’ailleurs, effectuer une veille sur la recherche et l’innovation est tout aussi important pour un cinéma moderne, cela évite de se tromper dans ses choix, par exemple pour la diffusion des versions audiodécrites, un·e référent·e handicap vous guidera dans le choix de votre matériel. Un·e référent·e handicap enquête auprès des publics pour trouver les solutions les plus adéquates pour le cinéma ainsi que pour spectatrices et spectateurs.

Un·e tiers de confiance

Les sujets liés aux situations de handicap sont parfois délicats à explorer, si bien qu’on peut craindre de s’y lancer de peur de se tromper, de heurter les personnes concernées ou encore que le public ne réponde pas présent.
Un·e référent·e handicap est la personne sur qui compter. Il ou elle pilote la direction des actions à mener et informe, oriente, accompagne aussi bien les professionnel·le·s de votre cinéma que les personnes en situation de handicap.
Si vous avez une question ou un doute, c’est directement vers cette personne que vous pouvez vous tourner et trouver une solution. Elle connait son sujet et saura vous aiguiller.

Exemple : vous avez mis votre énergie au profit d’un projet inclusif mais vous ne savez pas comment le faire savoir aux publics. Vous craignez que rien ne change dans la fréquentation de votre salle. Un·e référent·e handicap explore et construit les clés d’une communication réussie et pourra solliciter des acteurs externes.

Un lien avec les acteurs internes et externes

Afin de donner à votre cinéma, votre festival ou à tout autre évènement une dynamique inclusive, il implique parfois de se tourner vers différents organismes extérieurs : associations, gouvernement, collectivités territoriales…
Un·e référent·e handicap est un facilitateur. Il ou elle fait le lien entre les différents acteurs internes et/ou externes pour mener à bien vos projets. Issue du milieu inclusif, cette personne peut très vite savoir vers qui se tourner et possède parfois déjà un carnet d’adresse pour répondre à vos besoins.

Chef·fe de projet et coordination d’une politique inclusive

C’est peut-être le moment de prendre un nouveau tournant dans votre cinéma. Vous réfléchissez à une nouvelle politique, à l’installation de nouveau matériel, à une rénovation de l’accueil ? Un·e référent·e handicap est un·e pilote d’actions, de projets et de politique handicap. Son travail peut se concentrer aussi bien autour d’un diagnostic en vue de préconisations que d’une évaluation de vos pratiques.

Une communication précise

Un·e référent·e handicap organise la communication sur la politique handicap et vos démarches d’accessibilité, organise des évènements en lien avec le handicap, guide votre communication numérique, accompagne sur la création de vos programmes. Un·e référent·e handicap utilise un vocabulaire adapté.

Emploi de personnes en situation de handicap

12% de la population est en situation de handicap. 80% sont dits « invisibles ». Un·e référent·e handicap peut aussi être amené vers des missions de ressources humaines, notamment dans l’emploi de personnes en situation de handicap. Un·e référent·e handicap peut intégrer un nouveau salarié en situation de handicap ou permettre à un salarié de votre cinéma de faire reconnaitre son statut de travailleur handicapé.

D’autres questions

Est-ce que je suis obligé d’avoir un référent handicap ?

« Dans toute entreprise employant au moins deux cent cinquante salariés, est désigné un référent chargé d’orienter, d’informer et d’accompagner les personnes en situation de handicap »
(article L5213-6-1 du Code du travail)

La loi préconise à minima de désigner une personne référente pour une entreprise de plus de 250 salarié·e·s. Pas d’obligation en dessous de cet effectif.

Où former mon employé au poste de référent handicap ?

Il existe aussi bien des formations accessibles sans qualification particulière de courte durée que des formations sur deux ans accessibles à partir de bac +3 ou bac +4. Quelques exemples, dans une liste non-exhaustive, ci-dessous :

  • Université Paris Créteil propose un DIU Référent Handicap
  • Université de Nice propose également un DU Référent Handicap
  • Lumière Lyon 2 propose un master Référent Handicap
  • TH’Conseil propose des formations courtes (2 jours) pour former un employé au rôle de Référent Handicap
  • INSHEA propose en région parisienne un Master Pratiques inclusives Handicap aAccessibilité Accompagnement

Je suis une petite structure, comment faire ?

C’est vrai qu’avoir une personne référente handicap à temps plein dans une petite équipe peut sembler lourd de prime abord. Vous pouvez confier cette mission en complément d’autres fonctions à l’un de vos collaborateurs et le former pour cela. Il existe aussi des consultants qui font ce travail de référent handicap. Ce sont des structures qui accompagnent plusieurs entreprises pour leur donner une expertise sur les questions liées au handicap. Elles peuvent vous proposer un diagnostic, piloter une politique handicap, créer une stratégie de communication etc. Tout le travail qu’un·e référent·e handicap fait. Voici quelques structures qui proposent ce type de service : T’hompouss , D-CODE , TH Conseil
Ciné Sens peut également vous accompagner et vous orienter vers des structures ou associations.

Qu’est-ce que le handicap ?

Selon la loi n°2005-102 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, « constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant. »

Depuis 2005, c’est bien à l’environnement qu’on associe le handicap, et non à la personne. Plus précisément, c’est la confrontation entre un environnement et les singularités d’une personne qui va créer une situation de handicap. C’est bien pour cela qu’on parle de situation et pas de HANDICAPÉ.

Exemple : Je suis sourde. Je vais au cinéma. J’ai repéré sur le site internet que le film que je souhaite voir dispose d’une version ST-SME (chouette!). J’arrive au cinéma. J’avance à la caisse et m’adresse à quelqu’un pour acheter un billet. Jusque là tout va bien. La personne commence à me parler, un peu vite, trop vite. Pas le temps de lire sur les lèvres. Difficile de la comprendre ainsi que de faire comprendre quel film je veux voir. 2 laborieuses minutes plus tard, alors que ça aurait pu prendre 30 secondes, j’ai mon billet et je vais voir mon film. La situation s’est révélée, pour moi, handicapante. Et la répétition/accumulation de ce type de situations sur une journée ajoute à mon ressenti.

Environnement inclusif ou adapté au handicap

Alors qu’est-ce qu’il s’est passé dans ce court exemple? Je me suis retrouvée en situation de handicap (oh ça va, tout de suite les grands mots). Pourquoi ? Jusqu’à l’arrivée devant la caisse, tout s’est bien passé, soit l’environnement était inclusif et conçu pour que toute personne puisse en bénéficier, soit l’environnement était adapté, c’est-à-dire qu’il avait était construit de manière exclusive à l’origine mais qu’avec des solutions d’adaptation, il m’a été rendu accessible. Dans tous les cas, j’ai pu aller jusqu’à la caisse sans mal. Mais arrivée à la caisse, que s’est il s’est passé?

Le fait que la personne qui m’a accueilli (qui appartient à l’environnement, en l’occurrence, au cinéma), ne sache pas communiquer avec moi m’a placé dans une situation de handicap. Admettons qu’elle ait été formée, ou au moins sensibilisée à la surdité, son attitude aurait été différente. Elle aurait su communiquer, peut-être aurait-elle articulé plus lentement, ou utilisé l’écrit, manuellement ou via un système de reconnaissance vocale ? Je ne sais pas, il y a beaucoup de façon de se faire comprendre, encore faut-il que les personnes soient informées/formées.

La personne référente handicap dans votre cinéma permet d’éviter cette situation désagréable pour la spectatrice. Elle peut organiser des formations ou elle-même sensibiliser les employé·e·s.

D’autres ressources pour approfondir

Interview avec une référente handicap : Référent handicap entreprise : la personne sur qui compter?
Les missions d’une référente handicap : https://youtu.be/qV2-aylgF0E
Former un référent handicap : Former un référent handicap – OETH

FILMS AVEC AD ET ST-SME POUR SEPTEMBRE 2021

Pour le mois de septembre 2021, voici les films avec AD et ST-SME que Ciné Sens a repérés. Ces versions permettent de garantir un accès plus grand cinéma pour toutes et tous.
* La mention AD signale un film disponible en Audio-Description permettant aux personnes aveugles et malvoyantes de suivre le film grâce à ce commentaire audio complétant la bande son du film pour décrire les images. L’AD est disponible sur la Version Française uniquement (sauf mention contraire).
* La mention ST-SME signale une version Sous-Titrée pour personnes Sourdes et Mal-Entendantes. La plupart du temps, ces versions sont disponibles sur les versions françaises, mais il existe aussi des versions originales sur lesquelles le sous-titre diffusé est le ST-SME. La mention VFST, utilisée précédemment, ne nous semblait plus adéquate.

Si vous avez connaissance d’autres sorties de films avec les versions AD/ST-SME, n’hésitez pas à nous le signaler. Par ailleurs, nous recensons les cinémas proposant des séances adaptées au handicap sensoriel dans toute la France. Donc, pour toutes ces informations, contactez-nous sur .

1er septembre

  • ÊTRE AVEC LES ABEILLES de Perrine Bertrand et Yann Grill : ST-SME, Jupiter films
  • GOGO de Pascal Plisson : AD et ST-SME, Le Pacte
  • MALIGNANT de James Wan : AD et ST-SME, Warner
  • RIDE YOUR WAVE de Masaaki Yuasa : AD et ST-SME, Alba Films
  • SHANG-CHI ET LA LÉGENDE DES DIX ANNEAUX de Destin Daniel Cretton : AD et ST-SME, Disney
  • UN TRIOMPHE de Emmanuel Courcol : AD et ST-SME, Memento

8 septembre

  • BOÎTE NOIRE de Yann Gozlan : AD et ST-SME, Studiocanal
  • DÉLICIEUX de Éric Besnard : AD et ST-SME, SND
  • LES MÉCHANTS de Mouloud Achour et Dominique Baumard : AD et ST-SME, Le Pacte
  • RESPECT de Liels Tommy : AD et ST-SME, Universal
  • SERRE MOI FORT de Mathieu Amalric : AD et ST-SME, Gaumont

15 septembre

  • LES AMOURS D’ANAÏS de Charline Bourgeos-Tacquet : AD et ST-SME, Haut et Court
  • DUNE de Denis Villeneuve : AD et ST-SME, Warner
  • L’ORIGINE DU MONDE de Laurent Lafitte : AD et ST-SME, Studiocanal
  • LA PROIE D’UNE OMBRE de David Bruckner : AD et ST-SME, Disney
  • POURRIS GÂTÉS de Nicolas Cuche : AD et ST-SME, Apollo Films
  • SUMMERTIME de Carlos Lopez Estrada : AD et ST-SME, Metropolitan

22 septembre

  • LE SOMMET DES DIEUX de Patrick Imbert : AD et ST-SME, Wild Bunch
  • TOUT S’EST BIEN PASSÉ de François Ozon : AD et ST-SME, Diaphana

29 septembre

  • CETTE MUSIQUE NE JOUE POUR PERSONNE de Samuel Benchetrit : AD et ST-SME, UGC Distribution
  • CANDYMAN de Nia Da Costa : AD et ST-SME, Universal
  • LA TRAVERSÉE de Florence Miailhe : AD et ST-SME, Gebeka
  • LES INTRANQUILLES de Joachim Lafosse: AD et ST-SME, Les films du Losange

Image issue du film DELICIEUX de Eric Besnard, distribué par SND.

Image issu du film ROUGE

FILMS AVEC AD ET ST-SME POUR AOUT 2021

Pour le mois de août 2021, voici les films avec AD et ST-SME que Ciné Sens a repérés. Ces versions permettent de garantir un accès plus grand cinéma pour toutes et tous.
* La mention AD signale un film disponible en Audio-Description permettant aux personnes aveugles et malvoyantes de suivre le film grâce à ce commentaire audio complétant la bande son du film pour décrire les images. L’AD est disponible sur la Version Française uniquement (sauf mention contraire).
* La mention ST-SME signale une version Sous-Titrée pour personnes Sourdes et Mal-Entendantes. La plupart du temps, ces versions sont disponibles sur les versions françaises, mais il existe aussi des versions originales sur lesquelles le sous-titre diffusé est le ST-SME. La mention VFST, utilisée précédemment, ne nous semblait plus adéquate.

Si vous avez connaissance d’autres sorties de films avec les versions AD/ST-SME, n’hésitez pas à nous le signaler. Par ailleurs, nous recensons les cinémas proposant des séances adaptées au handicap sensoriel dans toute la France. Donc, pour toutes ces informations, contactez-nous sur .

4 août

  • LE TOUR DU MONDE EN 80 JOURS de Samuel Tourneux : AD et ST-SME, Studiocanal
  • OSS 117: ALERTE ROUGE EN AFRIQUE NOIRE de Nicolas Bedos : AD et ST-SME, Gaumont
  • TOM MÉDINA de Tony Gatlif : ST-SME, Les films du Losange

11 août

  • C’EST QUOI CE PAPY ?! de Gabriel Julien-Laferrière : AD et ST-SME, UGC
  • CE QUI RESTE de Anne Zohra Berrached : ST-SME, Haut et Court
  • PASSION SIMPLE de Danielle Arbid : AD et ST-SME, Pyramide
  • PIL de Julien Fournet : AD et ST-SME, SND
  • ROUGE de Farid Bentoumoi : AD et ST-SME, Ad Vitam

18 août

  • ATTENTION AU DÉPART ! de Benjamin Euvrard : AD et ST-SME, SND
  • BABY BOSS 2 de Tom McGrath : AD et ST-SME, Universal
  • BAC NORD de Cédric Jimenez : AD et ST-SME, Studiocanal
  • LES FANTASMES de David Foenkinos, Stéphane Foenkinos : AD et ST-SME, Gaumont

25 août

  • DON’T BREATHE 2 de Rodo Sayagues : AD et ST-SME, Sony
  • EIFFEL de Martin Bourboulon : AD et ST-SME, Pathé
  • FRAGILE de Emma Benestan : AD et ST-SME, Haut et Court
  • FRANCE de Bruno Dumont : AD et ST-SME, ARP
  • LA TERRE DES HOMMES de Naël Marandin : AD et ST-SME, Ad Vitam
  • LES SORCIÈRES D’AKELARRE de Pablo Agüero : AD et ST-SME, Sophie Dulac
  • REMINESCENCE de Lisa Joy : AD et ST-SME, Warner Bros

Image issue du film ROUGE, distribué par Ad Vitam.

Darius Marder échange avec l'acteur Riz Ahmed

SOUND OF METAL : Des ressources d’initiatives

Sound of Metal de Darius Marder, en salle depuis le 16 juin 2021, donne aux cinémas l’occasion de créer des rencontres autour de différentes notions : son, langage, surdité…
On a relevé différentes initiatives, pour vous donner de la suite dans les idées. Il est important aussi de garder en tête que ces initiatives sont des exemples autour du film de Darius Marder. Certaines sont transposables pour d’autres films. Il ne faut pas forcément attendre la sortie d’un film qui traite d’une déficience pour parler de l’accessibilité sensorielle des films.

Une avant-première avec ST-SME à l’écran suivie d’un échange

Mardi 15 juin 2021, 19h45, Paris, Dulac Cinéma, salle Majestic Bastille.
Dulac Cinéma a fait le choix de proposer une avant-première avec sous-titres pour personnes sourdes et malentendantes à l’écran. Les ST-SME possèdent un code couleur ; choisir de les diffuser à l’écran pour l’avant-première c’est inciter les personnes déficientes auditives à s’y rendre mais aussi faire l’expérience d’une séance inclusive avec des personnes déficientes et non déficientes.
Cette avant-première s’est poursuivie d’un échange soutenue par une interprète en Langue des Signes Françaises.
Partenariats : Tandem et Roger Voice.
Informations : Sound of Metal : avant première avec sous-titrage sourds et malentendants

Une séance-rencontre avec un batteur et une psychologue

Vendredi 18 juin 2021, 20h00, Pessac, Cinéma Jean Eustache.
Coup de cœur du Cinéma Jean Eustache, Sound of Metal trouve aussi un débat singulier dans ce cinéma de Pessac. La projection est suivie d’une double rencontre avec Théo Begue, un batteur de métal et professeur de batterie et Bénédicte Gourdon, une psychologue de l’Unité d’accueil et de soins des patients sourds au CHU de Bordeaux.
Le film est projeté en version ST-SME et le débat est accompagné par une interprète en Langue des Signes Françaises.
Informations : Séance-rencontre – Sound of metal

Un temps d’échange sur la communication gestuelle

Mardi 22 juin 2021, 19h00, Montélimar, Cinéma Les Templiers.
Une séance avec un échange, cette fois-ci, accès sur le langage et la communication. Bénédicte Cobetto s’appuie sur le film Sound of Metal pour aborder la communication gestuelle et visuelle et améliorer la communication grâce aux gestes. Elle donne des clés et des outils pour mieux appréhender une discussion avec des personnes sourdes et malentendantes.
Ce temps d’échange est un exemple d’utilisation d’une projection du film pour sensibiliser à la surdité.
La séance est en version ST-SME.
Partenariat : L’esperluette
Informations : Sound of Metal – Sensibilisation à la surdité

Une discussion avec l’ingénieur du son, Nicolas Becker

Jeudi 24 juin 2021, 19h45, Montreuil, Cinéma le Mélies.
Le Mélies de Montreuil, avec l’association Retour d’image, ont fait le choix intelligent d’inviter l’ingénieur du son Nicolas Becker pour un ciné-débat. Fraîchement oscarisé pour son travail sonore sur Sound of Metal, le concepteur assistera à la séance et répondra aux questions des spectateurs et spectatrices. Cet échange est animé par Diane Maroger, fondatrice de Retour d’image, professionnelle de la production, devenue sourde.
Diffusée en ST-SME, la séance s’adresse à tou·te·s et l’invité peut intéresser tous les publics. Le débat est interprété en Langue des Signes Françaises et transcrit à l’écran grâce au système de vélotypie.
Partenariat : Retour d’image
Informations : Ciné-débat inclusif « Sound of Metal »

Un ciné-débat autour du film et de la Langue des Signes Françaises

Jeudi 1er juillet 2021, 20h00, Langres, Cinéma New Vox Langres.
Dans le cadre du « cycle Culture sourde », le New Vox Langres organise un ciné-débat autour des différents sujets abordés par Sound of Metal. Véronique Flamand, Présidente de « Langres Signes », interviendra pour le débat, et traduira en langue des signes pour les personnes sourdes et malentendantes présentes.
Partenariats : Langres Signes, Autour de la Terre
Informations : Ciné-Débat signé « Sound of metal » dans le cycle « Culture sourde »

Des séances spéciales en préparation

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, plusieurs cinémas préparent pour les prochaines semaines des séances spéciales autour de Sound of Metal. Il s’agit de cinéma Jean Carmet à Mornant (69), du cinéma Fellini de Villefontaine (38) ou encore du cinéma Alpha de Charbonnières-les-bains (69).

Continuez à nous tenir informés de vos initiatives que nous relaierons dans cet article et qui pourront inspirer d’autres animations dans les salles de cinémas. Pour plus d’informations sur le film, lisez notre article Sound Of Metal.

Sur l'image, les participants à l'atelier prennent place dans la salle de cinéma

VIDÉO : Découverte de l’audiodescription

On vous avait parlé d’un atelier de découverte de l’audiodescription en région toulousaine. Quelques mois après, revenons sur ce moment de découverte de l’audiodescription en vidéo.
Cette journée, co-organisée par Occitanie Films et l’Acreamp, propose aux professionnel·le·s du cinéma de faire l’expérience du lien entre version audiodécrite d’un film et l’œuvre cinématographique. Ce programme fait appel à Marie Diagne, autrice de versions audiodécrites de films, spécialiste également des questions de transmission du cinéma et initiatrice de l’association « L’Œil Sonore et le Cinéma Parle ».

Une journée pour s’immerger

Nous arrivons à 8h20 au complexe Véo à Muret en compagnie d’Occitanie Films, de l’Œil sonore et le Cinéma Parle et d’une participante. Fabien nous accueille, l’ACREAMP nous rejoint. 

Marie Diagne se faufile très vite dans la salle de cinéma, nous la suivons. Le reste de l’équipe reste à l’accueil pour recevoir l’ensemble des participant·e·s. Le complexe Véo sert son café. Aujourd’hui Ciné Sens n’a pas pour mission de participer oralement aux ateliers. Nous sommes là pour retranscrire cette journée dans un format vidéo. 

Seul avec Marie Diagne dans cette salle de cinéma, nous nous faisons discret pour la laisser se préparer.  

À ce moment là, qu’est-ce que cela fait du bien de retrouver une salle de cinéma, fouler la moquette, observer les alignements symétriques des fauteuils, sentir les odeurs, voir la poussière passer devant les faisceaux du projecteur. C’était un avant-goût de la réouverture.  

Derrière son air concentré, Marie Diagne est tout aussi ravie que nous de retrouver une salle. C’est la première à courir sur le plan incliné pour rejoindre l’estrade donnant vue sur tous les fauteuils encore désertés. Un instant, un sourire. Second instant, le calme. Lorsque Marie se prépare, elle devient quelque peu inaccessible. Entre méditation et réflexion, elle se laisse porter par un silence et se concentre sur son atelier.
Test image. Test son.
Fabien fait des aller-retours entre la salle et l’accueil pour prêter main forte à tou·te·s celles et ceux qui le désirent. Progressivement, les participant·e·s entrent en salle et s’installent. La journée commence.

Un premier temps permet aux participants de découvrir, par une expérience de spectateur attentif, la richesse de la version audio-décrite d’un film.
Nous avons retranscris ce premier atelier de découverte de l’audiodescription en vidéo

Une journée pour : faire l’expérience du lien entre transmission du cinéma et version audiodécrite d’un film

Cette vidéo est la première d’une série où nous prendrons une journée pour explorer un sujet en lien avec le cinéma et l’accueil des publics déficients sensoriels.

Festival d'avant-première Télérama

Festival Télérama 2021 : 5 films avec AD et ST-SME

Festival Télérama : Du 9 au 15 juin 2021, en partenariat avec l’Afcae et BNP Paribas, Télérama propose en exclusivité un tour d’horizon du cinéma. 10 films en avant-première sont à découvrir dans les salles Arts et Essai participantes. Pour les spectateurs et spectatrices, il faudra compter 5€ par séance avec le Pass Avant-premières.

Vous êtes une salle qui participe au festival et programme ces avant-premières ? Vous vous êtes posé la question (ou pas) de la présence de versions AD ou ST-SME sur les DCP ? Ciné Sens, en partenariat avec le Festival Télérama et aux côtés de l’association Retour d’Image, accompagne les salles participantes dans la programmation des versions AD et ST-SME sur les films français, de manière à rendre l’événement plus inclusif.

Nous avons recensé les différentes versions disponibles pour les films proposés. Ainsi, 5 films disposent de versions OCAP, à savoir Audiodescription (AD) et Version Sous-Titrée pour personnes Sourdes et Malentendantes (ST-SME).

Les salles sont libres de les programmer selon leurs équipements. Elles peuvent mettre ces versions à disposition grâce à des récepteurs individuels (type Fidélio ou smartphone avec l’application Twavox par exemple) ou directement sur l’écran de la salle pour la version ST-SME.

5 films avec version AD et ST-SME

  • GAGARINE de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh : Haut et Court, 1h38, sortie le 23 juin 2021
  • INDES GALANTES de Philippe Béziat : Pyramide distribution, 1h48, sortie le 23 juin 2021
  • LA TERRE DES HOMMES de Naël Marandin : Ad Vitam, 1h36, sortie le 25 août 2021
  • MÉDECIN DE NUIT de Elie Wajeman : Diaphana, 1h22, sortie le 16 juin 2021
  • UN TRIOMPHE de Emmanuel Courcol : Memento, 1h46, sortie le 1er septembre 2021

Pour ne rien manquer des prochains films qui disposent des versions AD et ST-SME, on vous invite à suivre notre actualité. On recense chaque mois les versions disponibles : JUIN 2021 et JUILLET 2021.

Logo de Futur@Cinema

Ciné Sens, partenaire du challenge FUTUR@CINEMA

Ciné Sens est partenaire du challenge Futur@Cinema. Nous accompagnons tous les projets qui souhaitent contribuer à la venue et l’accueil des jeunes en salle, en apportant des éléments pour une démarche inclusive.

Futur@Cinema à la reconquête des jeunes

Aux travers d’échanges, de partages d’expériences, de tables rondes… Futur@Cinema part à la conquête et à la reconquête des publics éloignés des salles. Plus précisément, en instaurant le challenge Futur@Cinema, l’objectif se concentre sur les jeunes spectateurs et spectatrices.

Dans cette optique, le challenge porté par Anne Pouliquen, offre un cursus d’accompagnement et d’accélération pour des projets innovants. Celles et ceux qui portent un projet, accompagnés d’entrepreneur·neuse·s s’associent aux professionnel·le·s du cinéma pour créer de nouvelles ambitions et perspectives pour les salles, les films, les spectateurs et spectatrices.

La première étape du challenge s’est déroulée les 19 et 20 mai au Pôle Pixel. Ça a été l’occasion de construire des équipes et de rapprocher des projets entres eux. Pour Ciné Sens, ça a été l’occasion de se présenter et d’informer sur son rôle en tant que partenaire.

Et à la conquête de tous les jeunes

Afin que des spectateurs et spectatrices potentielles ne soient pas écartées du projet, nous avons pu présenter quelques notions avant que chacun·e·s ne se penchent sur son projet. Nous nous sommes investis dans le challenge Futur@Cinema pour donner l’occasion à toutes ces riches idées d’être pensées dans une optique inclusive. En donnant la parole à Ciné Sens en amont des projets, le challenge Futur@Cinema s’ancre lui-même dans une dynamique inclusive. Notre intervention a donné l’opportunité à tou·te·s les participant·e·s de visualiser ce qu’est un projet inclusif ainsi que de se responsabiliser autour du lien étroit entre innovation et conception universelle. Elle nous a permis également de partager nos constats actuels sur la mise en accessibilité des films en salles.

Ciné Sens présente ses actions et sa place d'acteur ressource aux challenge Futur@Cinema.

Notre rôle au sein du challenge est précisément d’épauler chacune des équipes qui en fait la demande. Nous nous plaçons comme des personnes ressources, actives au sein des discussions pour donner des pistes ou s’impliquer pleinement à un projet. Nous avons pris part notamment à un projet initié par Dulac Cinéma auquel le Cinéma le Méliès de Montreuil, Orange et Augmented Accoustics se sont associés. Nous suivons de prêt également le projet initié par Le Cinéma Parle qui se fonde sur la version audiodécrite des films pour une découverte du cinéma.

Le prochain rendez-vous est à Annecy en Juin, en attendant restez connecté à notre veille sur l’accessibilité du cinéma !

L'image montre des fauteuils de cinéma rouge

FILMS AVEC AD ET ST-SME POUR JUILLET 2021

Pour le mois de juillet 2021, voici les films avec AD et ST-SME que Ciné Sens a repérés. Ces versions permettent de garantir un accès plus grand cinéma pour toutes et tous.
* La mention AD signale un film disponible en Audio-Description permettant aux personnes aveugles et malvoyantes de suivre le film grâce à ce commentaire audio complétant la bande son du film pour décrire les images. L’AD est disponible sur la Version Française uniquement (sauf mention contraire).
* La mention ST-SME signale une version Sous-Titrée pour personnes Sourdes et Mal-Entendantes. La plupart du temps, ces versions sont disponibles sur les versions françaises, mais il existe aussi des versions originales sur lesquelles le sous-titre diffusé est le ST-SME. La mention VFST, utilisée précédemment, ne nous semblait plus adéquate.
Si vous avez connaissance d’autres sorties de films avec les versions AD/ST-SME, n’hésitez pas à nous le signaler. Par ailleurs, nous recensons les cinémas proposant des séances adaptées au handicap sensoriel dans toute la France. Donc, pour toutes ces informations, contactez-nous sur .

7 juillet

  • BLACK WIDOW de Cate Shortland : AD et ST-SME, Walt Disney
  • LES CROODS 2 : UNE NOUVELLE ÈRE de Joel Crawford : AD et ST-SME, Universal

9 juillet

  • BENEDETTA de Paul Verhoeven : AD et ST-SME, Pathé

14 juillet

  • DÉSIGNÉ COUPABLE de Kevin Mcdonald : AD et ST-SME, Metropolitan
  • FAST AND FURIOUS 9 de Justin Lin : AD et ST-SME, Universal
  • MYSTÈRE À SAINT-TROPEZ de Nicolas Benamou : AD et ST-SME, Studiocanal
  • TITANE de Julia Ducournau : AD et ST-SME, Diaphana

21 juillet

  • BLOODY MILKSHAKE de Navot Papushado : AD et ST-SME, Studiocanal
  • BONNE MÈRE de Hafsia Herzi : AD et ST-SME, SBS Distribution
  • KAAMELOTT VOLET 1 d’Alexandre Astier : AD et ST-SME, SND
  • OLD de M. Night Shyamalan : AD et ST-SME, Universal
  • SPACE JAM – NOUVELLE ÈRE de Malcolm D. Lee : AD et ST-SME, Warner Bros.
  • SPIRAL : L’HÉRITAGE DE SAW de Darren Lynn Bousman : AD et ST-SME, Metropolitan

28 juillet

  • C’EST LA VIE de Julien Rambaldi : AD et ST-SME, UGC Distribution
  • JUNGLE CRUISE de Jaume Collet-Serra : AD et ST-SME, Disney
  • PROFESSION DU PÈRE de Jean-Pierre Améris : AD et ST-SME, Ad Vitam
  • SPIRIT : L’INDOMPTABLE de Elaine Bogan : AD et ST-SME, Universal
  • THE SUICIDE SQUAD de James Gunn : AD et ST-SME, Warner Bros