Catégorie : Evènements

Prochainement : « Vers La Lumière » et la déficience visuelle

Après une récompense décernée par le jury oecuménique 2017 à Cannes, « Vers La Lumière » ( « Hikari« ) de Naomi Kawase arrive le 10 janvier sur nos écrans de cinéma.

Naomi Kawase déclare à la presse , à propos de « Vers La Lumière« , qu’il s’agit d’ « un film qui traite de l’amour du cinéma«  . En effet, son héroïne est audiodescriptrice, elle décrit le monde pour le cinéma et les malvoyants. L’autre, photographe, va au contraire « perdre la lumière ».  Tout deux évoquent un rapport au monde, au cinéma et à la mémoire.

C’est lors des séances d’audio-description pendant son précédent film « Les délices de Tokyo », que la réalisatrice se fascine pour ce métier . Par l’audio-description , elle redécouvre aussi son propre film.

 

Synopsis :

Misako est audiodescriptrice. Elle passe son temps à décrire les objets, les sentiments et le monde qui l’entoure. Lors d’une projection, elle rencontre Masaya, dont la vue se détériore irrémédiablement. Naissent alors des sentiments forts entre un homme qui perd la lumière et une femme qui la poursuit.

→Bande annonce 

 

Distribué par Haut et Court, vous pouvez retrouver toutes les informations complémentaires sur le site.

Cette oeuvre franco-japonaise sortira en salles le mercredi 10 janvier 2018. Il dispose également d’une version adaptée aux aveugles et malvoyants avec une piste son comprenant, de façon combinée, la version française et l’audio-description.

Festival Télérama – Afcae : Films et séances adaptés

Le 21e Festival cinéma Télérama – Afcae se déroulera du 24 au 30 janvier 2018. Le festival propose de voir ou revoir les 16 meilleurs films de l’année 2017, tout comme plusieurs films en avant-première pour un tarif unique de 3€50 la séance.

En partenariat avec l’Afcae (Association Française des Cinémas d’ Art & Essai), ce sont 335 salles de cinéma Art & Essai qui participent au festival cette année partout en France.

Ciné Sens en partenariat avec le festival et aux côtés de l’association Retour d’Image, accompagne les salles participantes dans la programmation des versions adaptées sur les films français, en fonction de leur matériel disponible et de leurs pratiques, de manière à rendre l’évènement d’autant plus accessible à tous.

Voici les films présentés pendant le Festival Télérama :

Tous les films français disposent de versions adaptées : Audio-Description (AD) et Sous-Titres Sourds et Malentendants (VFST)

  • 120 battements par minute – Robin Campillo – Memento – 2h20 (AD + VFST)
  • Barbara – Mathieu Amalric – Gaumont – 1h37 (AD + VFST)
  • Visages Villages – Agnès Varda et JR – Le Pacte – 1h29 (AD + VFST)
  • L’Atelier – Laurent Cantet – Diaphana – 1h53 (AD + VFST)
  • La Villa – Robert Guediguian – Diaphana – 1h47 (AD + VFST)
  • Une vie violente – Thierry de Peretti – Pyramide – 1h53 (AD + VFST)
  • Patients – Grand Corps Malade et Mehdi Idir – Gaumont – 1h52 (AD + VFST)

 

  • Faute d’amour – Andreï Zviaguintsev – Pyramide – 2h08 (VOSTF)
  • Blade Runner 2049 – Denis Villeneuve – Sony Pictures – 2h44 (VOSTF)
  • The Lost City of Z – James Gray – Studiocanal – 2h21 (VOSTF)
  • Logan Lucky – Steven Soderbergh – ARP – 1h58  (VOSTF)
  • Un homme intègre – Mohammad Rasoulof – ARP – 1h57 (VOSTF)
  • Certaines femmes – Kelly Reichardt – LFR Films – 1h47  (VOSTF)
  • Une femme douce – Sergueï Loznitsa – Haut et Court – 2h23  (VOSTF)
  • Le Caire Confidentiel – Tarik Saleh – Memento – 1h51 (VOSTF)

Coup de coeur « Jeune public » :

  • Le Grand Méchant Renard et autres contes – Benjamin Renner et Patrick Imbert – Studiocanal – 1h20 (AD + VFST)

Les films en avant-première :

  • America – Claus Drexel – Diaphana – 1h22 (VOSTF) – Sortie le 14 mars 2018
  • Les bonnes manières – Marco Dutra et Juliana Rojas – Jour2Fête – 2h15 (VOSTF) – Sortie le 21 mars 2018
  • Razzia – Nabil Ayouch – Ad Vitam – 1h59 (VOSTF) – Sortie le 14 mars 2018
  • Jusqu’à la garde – Xavier Legrand – Haut et Court – 1h33 (AD+VFST) – Sortie le 7 février 2018
  • A l’heure des souvenirs – Ritesh Batra – Wild Bunch – 1h48 (VOSTF) – Sortie le 11 avril 2018

 

Télérama met en ligne  pour la 1ère fois un site dédié au festival , avec dans un premier temps,  les films proposés. Puis le détail des séances avec des pictogrammes pour les séances adaptées. Retrouvez les critiques des 16 films de la Sélection de l’année en suivant le lien.

La liste globale des salles participantes depuis le site de l’AFCAE est disponible ici.

La liste des salles et le détail de leurs séances audiodécrites se trouve sur le site internet de Retour d’Images ici.

La liste pour les séances en VFST est disponible ici.

 

Retrouvez le cinéma le plus proche de chez vous grâce à la carte interactive

Intervention de Ciné Sens à Brioude

Ciné-Sens est intervenu mardi 5 décembre au cinéma Le Paris de Brioude. Cette rencontre eut lieu dans le but de sensibiliser à l’importance de l’accessibilité des œuvres cinématographiques pour les personnes en déficiences sensorielles.

C’est à l’invitation de l’association « Plein Champ » que cette action a pu être organisée en présence de professionnels de l’exploitation cinématographique, issus de la région Auvergne.

« Plein Champ c’est un réseau de salles de cinémas de proximité indépendantes sur un territoire auvergnat principalement rural. Il est composé de 25 cinémas, 44 salles et 5 circuits itinérants. »  → PLUS D’INFOS

Durant cette intervention de 1h30, Ciné Sens a abordé un certain nombre de points afin de mettre en avant :

  • Les questions de mise en œuvre de l’accessibilité pour les cinémas (en s’appuyant notamment sur le site internet, conçu pour donner accès à de nombreuses ressources d’ informations sur les films adaptés tous les mois  , en mettant à disposition des professionnels, des aides et conseils sur l’accessibilité, notamment grâce au e-learning).
  • Les questions de communication auprès des publics concernés par l’offre des cinémas . Par exemple, Ciné Sens a réalisé un spot de sensibilisation sur l’adaptation des cinémas aux déficiences sensorielles, destiné à être diffusé auprès du public des salles de cinéma. Le spot fut diffusé comme exemple lors de la rencontre. Divers exemples de communication ou d’actions de médiation mise en place par les cinémas furent présentés.

 

Face à un public composé d’une équipe de festival , de gérants de cinémas itinérants, et d’exploitants de salles classiques, Ciné Sens espère avoir pu apporter l’éclairage nécessaire sur les questions d’accessibilités en salles.

Des Rencontres Extraordinaires à Lyon

Au lendemain de la Journée Internationale des personnes Handicapées, se déroulera un évènement auquel participera l’association Ciné-Sens : Les Rencontres Extraordinaires.

Moment de sensibilisation et d’échanges, l’ objectif est d’encourager la communication des acteurs économiques, et des personnes qui oeuvrent pour l’inclusion des individus en situation de handicap.

Cet évènement organisé par la région Auvergne-Rhône-Alpes aura lieu Lundi 4 décembre à l’Hôtel de Région à Lyon de 9h à 16h30. L’inscription est libre et gratuite, mais obligatoire .

Favoriser l’intégration et l’accès à la vie économique, sociale et politique des personnes handicapées est là tout l’enjeu des Rencontres Extraordinaires.

Un programme riche et ludique attend les visiteurs.

Tous les temps forts de cette journée :

  • Ouverture par Sandrine Chaix, conseillère spéciale au handicap ;
  • Découverte des stands et quiz ;
  • Présentation de projets innovants ;
  • Tables rondes sur les nouvelles accessibilités multimédia ou encore sur le handicap vu de l’étranger par un voyageur hors du commun ;
  • Échanges avec le président Laurent Wauquiez ;
  • Retour sur la Grande cause régionale 2017 : « Les troubles Dys » ;
  • Témoignages ; Allocution de Sandrine Chaix, conseillère spéciale au handicap.

Au delà des tables rondes et autres présentations, les visiteurs sont invités à découvrir des porteurs de projets innovants sur les stands, et à s’essayer à des activités.

La journée sera traduite en Langue des signes française (LSF) et en Langue française parlée complétée (LPC).

Réagissez sur les réseaux sociaux grâce au hashtag #RencontresExtraordinaires !

Nous vous attendons !

⇒ INSCRIPTIONS

⇒ PLUS D’INFOS

Affiche du film La fille de Brest, à gauche la réalisatrice Emmanuelle Bercot et à droite l'actrice Sidse Babett Knudsen

Prix 2017 du meilleur film ST-SME décerné à Emmanuelle Bercot pour La fille de Brest

Le « prix 2017 du meilleur film sous-titré pour les sourds et les malentendants » de l’ARDDS* a été attribué à la réalisatrice Emmanuelle Bercot pour son film LA FILLE DE BREST, sorti le 23 novembre dernier.  Le Prix lui sera remis cet automne par Paul Vecchiali, réalisateur et parrain du prix, le jeudi 28 septembre ou le jeudi 7 décembre (la date reste à confirmer). A cette occasion le film sera projeté à l’Espace Miramar à Cannes en présence de la réalisatrice, la salle sera équipée de boucle magnétique et disposera d’une connexion Internet afin de retranscrire en simultanée les échanges avec le public. 

Adapté du livre de Irène Frachon paru en 2010, Mediator 150 mg : combien de morts ? et distribué par Haut et Court, LA FILLE DE BREST avait reçu à ce titre, deux nominations du César 2017 : Sidse Babett Knudsen, qui tient le rôle de la pneumologue Irène Frachon dans le film, nommée pour le César 2017 de la Meilleure actrice tandis que Séverine Bosschem et Emmanuelle Bercot l’ont été pour celui de la Meilleure adaptation.

Photo tirée du tournage du film La fille de Brest, la réalisatrice Emmanuelle Bercot (à gauche) et l'actrice Sidse Babett Knudsen (à droite) discutent

Afin de sensibiliser les médias et les professionnels aux difficultés que rencontrent les personnes sourdes à accéder pleinement à une oeuvre cinématographique pour profiter comme tout le monde, de ce spectacle unique et collectif, l’Association de Réadaptation et Défense des Devenus Sourds (ARDDS*) a décidé d’attribuer chaque année un « Prix du meilleur film sous-titré pour les sourds et les malentendants », prix décerné par un jury national de sourds cinéphiles.

« Pour ce qui est des raisons qui ont conduit le jury à décerner le Prix 2017 à « La fille de Brest », sans doute faut-il laisser la parole aux jurés : « Je n’ai pas hésité à le voir plusieurs fois et à y amener des amis », « C’est un film magnifique et captivant, au rythme haletant », « J’ai tout particulièrement apprécié Sidse Babett Knudsen, criante de vérité et d’un naturel incroyable pour raconter ce combat », « Ce film formidable m’a permis de vivre ce qu’ont vécu Irène Frachon et son équipe, de ressentir dans mes tripes, comme elle, leur lutte interminable, leur persévérance, leur découragement parfois, mais aussi les pressions subies, l’injustice, le pouvoir des autorités, alors qu’elle menait un combat juste, non pas pour elle-même mais pour tous ces malades », « A la fin on est vraiment soulagés de voir qu’elle a gagné, mais à quel prix ! », « Une belle leçon de courage pour une cause juste », « Ce film a déclenché en moi une grande colère car je déteste l’injustice », etc ».*

Synopsis du film :

Dans son hôpital de Brest, une pneumologue découvre un lien direct entre des morts suspectes et la prise d’un médicament commercialisé depuis 30 ans, le Mediator. De l’isolement des débuts à l’explosion médiatique de l’affaire, l’histoire inspirée de la vie d’Irène Frachon est une bataille de David contre Goliath pour voir enfin triompher la vérité.

→ La bande-annonce :

 

Pour plus d’informations :

Prix du meilleur film sous-titré 2017

L’Association de Réadaptation et Défense des Devenus Sourds

* Le communiqué de presse 

 

 

Photo tirée du film Vers la lumière, l'actrice Masatoshi Nagase regarde l'objectif de la caméra

Le handicap visuel au centre du film Vers la lumière !

La réalisatrice japonaise Naomi Kawase présente son film VERS LA LUMIÈRE, il est actuellement en compétition officielle au Festival de Cannes 2017. Il raconte notamment l’histoire d’une jeune femme audiodescriptrice et d’un photographe perdant la vue en raison d’une amblyopie. Distribué par Haut et court, il sortira le 10  janvier 2018.

→ Toutes les informations sur le site de Haut et court : présentation du film

Affiche du film Vers la lumière, les deux acteurs principaux s'enlacent

Synopsis :

Misako aime décrire les objets, les sentiments et le monde qui l’entoure. Son métier d’audiodescriptrice de films, c’est toute sa vie. Lors d’une projection, elle rencontre un célèbre photographe dont la vue se détériore irrémédiablement.  Naissent alors des sentiments forts entre un homme qui perd la lumière et une femme qui la poursuit.

→  Un extrait du film « Vers la lumière » de Naomi Kawase :

Photo tirée du film Wonderstruck, l'actrice Miilicent Simmonds se tient dans l'angle d'une porte

Millicent Simmonds : une actrice sourde à l’affiche du film Wonderstruck

A l’occasion du film WONDERSTRUCK de Todd Haynes, présenté en compétition officielle au Festival de Cannes 2017, la jeune actrice Millicent Simmonds qui joue le rôle de Rose a notamment séduit et ému le public du festival qui met en lumière sa différence. Elle est atteinte de surdité depuis l’âge de 12 mois et joue un rôle important dans la défense de la communauté sourde dans le monde du cinéma.

Le film :

Wonderstruck (Le musée des merveilles) réalisé par Todd Haynes est un film adapté du roman de Brian Selznick (auteur de Hugo Capret). Sa sortie est prévue à l’automne, le 15 novembre 2017. Il est notamment distribué par Metropolitan FilmExport, distributeur qui adapte 100% des films au handicap sensoriel ayant une version française.

→Toutes les informations sur le site de Metropolitan FilmExport : présentation du film

Affiche officielle du film Wonderstruck (Le musée des merveilles) présentant les décors du musée (squelette de dinosaure, girafe, objets d'arts..)

Synopsis :

Sur deux époques distinctes, les parcours de Ben et Rose. Ces deux enfants souhaitent secrètement que leur vie soit différente ; Ben rêve du père qu’il n’a jamais connu, tandis que Rose, isolée par sa surdité, se passionne pour la carrière d’une mystérieuse actrice. Lorsque Ben découvre dans les affaires de sa mère l’indice qui pourrait le conduire à son père et que Rose apprend que son idole sera bientôt sur scène, les deux enfants se lancent dans une quête à la symétrie fascinante qui va les mener à New York.

→ Teaser du film Wonderstruck (Le musée des merveilles) de Todd Haynes :

Photo du salon Handica 2015.

Salon Handica 2017 : découvrir les solutions pour plus d’autonomie !

Pour sa 19e édition, le Salon Handica permettra aux professionnels et au grand public de se rencontrer les mercredi 7, jeudi 8 et vendredi 9 juin 2017* à Lyon Eurexpo pour échanger autour des questions liées aux handicaps. Au programme, plus de 300 exposants professionnels de tous horizons seront présents pour proposer toutes les solutions et innovations disponibles favorisant l’autonomie de chacun à travers diverses conférences, animations, forum ou encore débats. L’entrée est gratuite et accessible à tous (documents en braille avec plan tactile à disposition des aveugles et malvoyants ainsi que des interprètes LSF et équipement de boucles magnétiques pour les sourds et malentendants)

« Handicap de naissance, acquis, accident de la vie, vieillissement et dépendance, toutes les pertes d’autonomie qu’elles soient visuelles, auditives, motrices, mentales et cognitives, trouvent des réponses concrètes à Handica : techniques, administratives, financières ou humaines. »*

Explorant tous les secteurs, cette année de nombreuses conférences et animations sont au programme, entre autres :

  • La présentation des courts-métrages consacrés au handicap pour encourager les jeunes apprentis cinéastes à s’intéresser aux sujets organisée par le festiHANDIVALIDE
  • Une initiation au braille ainsi qu’un parcours de sensibilisation sera proposée par l’association Valentin Haüy 

Toutes les informations du programme sur le site du salon Handica 


 

Affiche du salon handica 2017

 

→ Nous vous laissons découvrir un teaser du salon Handica de l’édition 2015 présentant le salon :

 

Pour plus d’informations :

 

 

* Ouvert le mercredi 7 et jeudi 8 juin de 9h30 à 18h et le vendredi 9 juin de 9h30 à 17h
* Voir le dossier de presse du salon Handica 2017

8e Festival Audiovision à Paris et à Lyon : le cinéma accessible pour tous !

La 8ème édition du Festival Audiovision se déroulera pour la première fois à Lyon du 2 au 5 juin au cinéma UGC Astoria ainsi que du 7 au 20 juin au cinéma UGC Lyon Bastille à Paris. Un Festival organisé par l’Association Valentin Haüy qui oeuvre pour l’accessibilité du cinéma aux aveugles et aux malvoyants afin de « voir le cinéma autrement »*.

Ce Festival ouvert à tous, permettra aux voyants et non-voyants  de partager ensemble des séances projetant des films audiodécrits. Une trentaine de films pour 100 séances seront au programme à 4,50 € la place. La programmation des séances et des films sont disponibles sur le site de l’association tels que les films La Belle et la Bête, La La LandElle, Demain tout commence, Ma vie de courgette ou encore Miss Sloane. 

→ Retrouvez le programme du Festival audiovision à Lyon et à Paris

Affiche présentant les dates et le prix des séances pour le Festival Audiovision

– Quelques mots sur le Festival de l’Audiovision :

Le Festival Audiovision a été crée en 2008 par l’association Valentin Haüy se déroulant initialement à Paris et pour la première fois à Lyon cette année. « C’est un événement visant à promouvoir le cinéma accessible à tous les publics. Cet événement inédit permet aux personnes voyantes et déficientes visuelles de partager des séances de cinéma ensemble dans une salle UGC partenaire, grâce à la projection de films audiodécrits par l’association. La programmation se veut chaque année éclectique pour répondre à toutes les envies de nos cinéphiles : du blogbuster américain à la petite comédie française de l’année en passant par le dernier film d’animation… il y en a pour tous les goûts ! »*  

N’hésitez pas à consulter le dossier de presse du 8e Festival Audiovision pour tout connaître de ce Festival.

– Qu’est-ce que l’audiovision ?

Le terme « Audiovision » est employé pour désigner l’audiodescription réalisée par l’association elle-même. « C’est un ensemble de techniques qui permettent de rendre des films, des spectacles ou des expositions, accessibles aux personnes déficientes visuelles grâce à un texte en voix-off qui décrit les éléments visuels de l’œuvre »*.

Cela fait 26 ans que l’association audiodécrit des films en France, réalisant 600 films en audiodescription. « Ce procédé a révolutionné l’accès à la culture des personnes déficientes visuelles en leur permettant de suivre des films grâce à des voix-off décrivant les éléments visuels du film : actions, mouvements, expressions, décors, costumes. La voix descriptive est placée entre les dialogues ou les éléments sonores afin de ne pas nuire à l’œuvre originale. »*

Pour plus de renseignements sur l’Audiovision : explication de l’Audiovision par l’Association Valentin Haüy

– UGC : un acteur ouvert sur l’accessibilité :

Tous les cinémas UGC de France disposent d’équipements pour rendre disponibles les films pour aveugles et malvoyants mais également pour sourds et malentendants. De plus, tous les films distribués par UGC Distribution sont accessibles en AD et ST-SME, à consulter sur leur site internet : http://www.ugcdistribution.fr/ 

Pour plus d’informations :

  • Le site de l’association Valentin Haüy
  • Contacter les cinémas UGC :  01 46 37 28 24

 

 

*Source :  Site internet et Dossier de Presse du 8e Festival d’Audiovision de l’Association Valentin Haüy

Mandy : un film dédié à la surdité disponible en ST-SME

« Mandy » est un film britannique sorti en 1952 (1953 en France), réalisé par Alexander Mackendrick et produit par Ealing Studios. Il est accessible depuis le 5 avril 2017 en version restaurée, distribué par TAMASA Distribution et disponible en sous-titrages pour sourds et malentendants. Il raconte l’histoire d’une petite fille sourde et des difficultés familiales centrées autour de ce personnage.

affiche en noir et blanc du film "Mandy", l'actrice qui joue la petite fille est sur l'image, légèrement de profil

Synopsis :

Mandy, sourde à sa naissance, est tiraillée entre ses parents qui ne sont pas d’accord sur l’éducation à lui donner. Sa mère l’inscrit dans une institution spécialisée où un professeur la convainc que, grâce à ses méthodes, Mandy pourra peu à peu apprendre à parler. Jaloux du professeur, le père retire l’enfant de l’institution…

Vous pouvez voir la bande-annonce sur ce lien :

Avec le soutien de l’AFCAE, du CNC et de TAMASA 

Pour plus d’informations :

La page Facebook de Tamasa Distribution

Un article de culturopoing.com, consacré au film Mandy